LMP1 : Porsche gagne, Audi revit
Le dernier tiers de l’épreuve voyait les Porsche gérer leur position face à des Audi en mal d’autonomie. Mais Lieb heurtait la 911 RSR #88 dans un dépassement trop téméraire, la LMGTE se retrouvant plantée dans le bac à gravier, perdant une bonne partie de son avance sur la #1. De quoi provoquer un nouveau FCY dont profitait Audi pour faire rentrer Fässler qui cédait le volant à Lotterer et on en profitait pour changer le nez de la R18 #7.

Les autres concurrents passaient eux aussi par les stands ensuite. Le remplacement du nez de la #2 permettait à la #1 de repartir juste devant lui, les deux Porsche restant devant la paire d’Audi. Mais la #2 était sous investigation pour avoir causé une collision. Sur la piste, elle revenait très fort sur la #1. La voiture des vainqueurs du Mans étant largement devant la voiture soeur au championnat, elle prenait la tête avec pour objectif la victoire et une avance accrue dans la course au titre. Mais ces plans se retrouvaient contrariés par un Drive Trough suite à l’accrochage avec la #88. Neel Jani observait sa pénalité et ressortait de la pit-lane juste derrière l’Audi #8 de Duval.

Si Webber contrôlait en tête, la bataille entre Duval et Jani était superbe, Lotterer faisant le forcing pour venir s’amuser avec ses camarades. Déchaîné, l’Allemand fondait sur le Suisse et tentait l’extérieur sur la Porsche, mais Jani le poussait à sortir un peu de la trajectoire, l’Audi perdant un peu de temps à nettoyer ses gommes avant de retenter sa chance. Il trouvait finalement l’ouverture au virage 3, les deux hommes se touchant légèrement. Lotterer creusait de suite l’écart sur la Porsche, mais un FCY venait freiner l’élan des concurrents.

Il restait alors une cinquantaine de minutes et les deux Porsche effectuaient un dernier ravitaillement, comme les deux Audi. Las, Porsche ne remplaçait pas la partie arrière gauche endommagée de la #2, encourant une pénalité pour cette infraction. Si cela se confirmait, les derniers espoirs de podium de Jani-Lieb-Dumas s’envoleraient au profit des Audi qui accompagneraient la #1 sur les deuxième et troisième marches.

La 919 Hybrid #2 revenait devant son stand pour remplacer la carrosserie arrière, reléguant Jani à bonne distance des Audi qui s’offraient un double podium derrière la Porsche victorieuse tandis que les Toyota n’avaient jamais semblé pouvoir égaler le rythme des LMP1 teutonnes.

Chez les Privés, les soucis mécaniques avaient vite avorté toute velléité de compétition, la meilleure étant la Rebellion #13 qui termine seizième à une vingtaine de tours des vainqueurs et derrière la plupart des LMP2.

1 > Porsche 919 Hybrid #1 – Porsche Team – Webber/Bernhard/Hartley
2 > Audi R18 #8 – Audi Sport Team Joest – Duval/Di Grassi/Jarvis
3 > Audi R18 #7 – Audi Sport Team joest – Lotterer/Fässler

© Gabi Tomescu - AdrenalMedia.com
© Gabi Tomescu – AdrenalMedia.com

LMP2 : Alpine gagne et conforte son leadership
Les deux dernières heures de course offraient une lutte pour la victoire entre trois pilotes pros avec Nicolas Lapierre au volant de l’Alpine #36, Filipe Albuquerque dans la Ligier #43 et Richard Bradley dans l’Oreca #45. Derrière ce trio, Pipo Derani tentait de remettre la Ligier ESM #31 dans le coup, avec un tour de retard.

Sur la piste, l’Alpine contrôlait tandis que l’Oreca Manor ne parvenait pas à rattraper la Ligier RGR, avec un écart d’environ 20″ entre chacune de ces LMP2. Au bénéfice d’une attaque de tous les instants, Derani prenait la troisième place à Bradley avant de céder le volant de la #31 à Ryan Dalziel, avec une mission simple : flat out pour décrocher le podium, Jonnhy Kane revenant fort avec la Gibson #42 du Strakka Racing.

Dalziel voyait revenir Kane dans son diffuseur à l’entame du dernier tour, la Ligier luttant avec des gommes détruites mais il conservait la troisième place pour un souffle, 0″071 pour être exact!

1 > Alpine A460 #36 – Signatech Alpine – Lapierre/Menesez/Richelmi
2 > Ligier JSP2-Nissan #43 – RGR Sport by Morand – Albuquerque/Senna/Gonzales
3 > Ligier JSP2-Nissan #31 – Extreme Speed Motorsport – Derani/Dalziel/Cumming

© Gabi Tomescu - AdrenalMedia.com
© Gabi Tomescu – AdrenalMedia.com

LMGTE : AF Corse signe le doublé, Aston Martin se console en Am
Sur une stratégie décalée, la Ford #66 prenait les commandes de la course devant les Ferrari #51 et #71 qui encadraient toujours l’Aston Martin #95, ces quatre-là se tenant en une quarantaine de secondes. Le rythme des ravitaillements replaçait la Ford en quatrième position.

En LMGTE-Am, l’incident subi par la Porsche #88 n’affectait pas la lutte pour le podium, avec un avantage pour l’Aston Martin #98 devant la Porsche #78 KCMG et la Corvette #50 Larbre Compétition à nouveau aux mains de Rague.

Les ravitaillements et FCY permettaient aux deux 488 GTE Af Corse de s’installer en tête devant la Ford rescapée et les deux Aston Martin à 50 minutes de l’arrivée en Pro tandis qu’en Am, c’était l’Aston Martin qui menait devant la Ferrari AF Corse et la Porsche KCMG, la Corvette pointant au quatrième rang.

Il restait 35 minutes quand la Ford #66 recevait une pénalité pour une infraction lors d’un arrêt remontant à deux heures plus tôt, ce qui ouvrait la voie du podium à l’Aston Martin #95. La Ford effectuait son Drive Trough et ressortait avec une quinzaine de secondes de retard sur l’Aston de Thiim à un quart d’heure du terme.

En Am, chacun terminait sur son rythme sans que le classement en change plus, offrant une belle victoire à l’Aston Martin #98 qui avait joué aux devants de la scène toute la course.

© Gabi Tomescu - AdrenalMedia.com
© Gabi Tomescu – AdrenalMedia.com

LMGTE-Pro
1 > Ferrari 488 GTE #51 – AF Corse – Bruni/Calado
2 > Ferrari 488 GTE #71 – AF Corse – Rigon/Bird
3 > Aston Martin V8 Vantage GTE – Aston Martin Racing – Thiim/Sorensen

LMGTE-Am
1 > Aston Martin V8 Vantage GTE #98 – Aston Martin Racing – Dalla Lana/Lauda/Lamy
2 > Porsche 911 RSR #78 – KCMG – Ried/Henzler/Camathias
3 > Ferrari 458 Italia GTE #83 – AF Corse – Collard/Perrodo/Aguas