Blancpain Endurance Series

Déclaration d'après course / 24 Heures de Spa-Francorchamps

Les coups de coeur de la rédaction

Comme nous le faisons régulièrement, la rédaction revient sur ses coups de coeur de ces dernières Total 24 Heures de Spa. Une épreuve que nous avons vécue de l'intérieur. Entre la victoire de Maxime Martin, le succès populaire et le scénario palpitant, les raisons de se réjouir étaient nombreuses.

Patrick :

Maxime Martin enfin vainqueur d’une course de haut vol : Les vainqueurs étaient ceux que l’on attendait probablement le moins…avant la course, au vu des performances des Mercedes, Audi et Bentley. La loi du nombre nous laissait imaginer d’autres scénarios. Mais l’annulation des temps en super-pole des Mercedes, ainsi que la pénalité infligée changeait la donne. Les Audi, bien que présentes, étaient relativement disséminées sur la grille et connurent des fortunes diverses. La mauvaise interprétation du règlement, ainsi que quelques entorses à celui-ci privent Bentley d’une victoire qui semblait acquise. Tout profit pour la BMW #99 qui ne connut ni ennui mécanique, ni pénalité, ni accrochage. Gros coup de chapeau à Mercedes qui, malgré leur handicap de près de deux tours et Audi, victime de problèmes mécaniques et d’accrochages trustent les deux autres marches du podium. Je suis décu pour nos compatriotes de chez Bentley qui pouvaient mieux faire, mais comme l’a dit Christian Loriaux « La Bentley la méritait, nous pas » !

Au final, une seule voiture n’a rencontré aucun problème de fiabilité, tournant comme une horloge, évitant les pénalités et les embrouilles en piste… cette voiture, ce fut celle de Maxime Martin, l’homme maudit des quatre dernières éditions. Auteur, une fois encore, de relais impressionnants surtout lorsque les conditions étaient délicates, le fils de Jean-Michel et neveu de Philippe a ajouté son prénom à la saga de la famille Martin sur la plus haute marche du podium du double tour d’horloge spadois!

Louis :

Maxime Martin et ROWE vainqueurs surprise : Bien évidemment, comment ne pas parler de la BMW ROWE #99 qui, selon moi, partait de très loin avec des résultats plutôt faibles juste là. C’est une victoire magnifique et bien méritée. Et la bataille avec Bentley fut tout simplement incroyable : voir deux pilotes d’exception se lancer à l’assaut du Raidillon en slicks avec ce torrent d’eau alors que tout le monde était rentré pour changer ses pneus …

La belle remontée d’AF Corse : Autre coup de coeur, la Ferrari AF Corse #50 a subit la malchance sur le tracé des Ardennes, mais a montré son potentiel plus que jamais. Remonter du fond du classement jusque dans le top 5, c’est une performance que peu d’équipages peuvent se vanter.

Emil Frey Racing s’est montré : Les Jaguar du Emil Frey Racing m’ont impressionné également en tenant la tête du peloton au début de la course. Une prouesse qui montre l’efficacité de la voiture et du team.

Guillaume :

Maxime martin brise le signe indien : Des années qu’il attendait cela. Et nous aussi, pour être honnête ! C’était à croire que Maxime Martin et les 24 heures de Spa ne connaitraient jamais l’idylle parfaite, même au volant des montures les mieux armées. Il aura donc fallu attendre 2016, 24 ans après le dernier succès de son célèbre paternel, pour que Maxime brise enfin le signe indien. Et pourtant, ROWE Racing et sa nouvelle BMW M6 GT3, digne héritière de la Z4, ne partaient pas forcément favoris à l’entame de la course. Mais contrairement aux Audi, Mercedes, McLaren et autres Bentley, ne pas être considéré d’emblée comme un candidat à la victoire peut vous donner des ailes comme nous l’ont prouvé Maxime et ses équipiers, Philipp Eng et Alexander Sims. Ne commettant aucune erreur, ces trois-là nous ont gratifié d’une course toute en maitrise et en sagesse, menant le peloton à plusieurs reprises pour finalement émerger dans le dernier quart décisif. Et quelle émotion une fois la ligne d’arrivée franchie ! Voir tous les membres de chez BMW se congratuler faisait chaud au cœur. Mais l’image que beaucoup retiendront au terme de ce week-end restera sans doute les Martin père et fils tomber dans les bras l’un de l’autre. Comme une passation de pouvoir logique entre un patriarche quadruple vainqueur et son rejeton, décidément l’un de nos plus talentueux représentants à l’échelle internationale. Maxime, BMW, ROWE Racing et les autres, merci pour tant d’émotions et de frissons et bien vite à l’année prochaine !

Du noir-jaune-rouge sur le podium ! : On ne va s’en cacher, avoir deux pilotes belges sur le podium avait quelque chose de rafraichissant pour la classique spadoise. Outre le vainqueur, saluons également la superbe remontée de l’Audi WRT #28 orchestrée par Laurens Venthoor. Héritier de la pole après le déclassement des Mercedes vendredi soir, le sympathique pilote belge et son équipage ont connu des fortunes diverses au fil de la course, comme cet accrochage malheureux avec la Bentley #114 en milieu de soirée. Un coup du sort qui s’est mué en superbe effort avec une remontée vers le podium, le septième en six apparitions à Spa pour le team belge ! Chapeau bas ! Enfin, comment ne pas être déçus pour les Bentley Boys à bord de la #8. Maxime Soulet et Wolfgang Reip, deux autres noms bien ronflants de la scène nationale, ont longtemps cru en leurs chances avant que le team M-Sport ne s’emmêle les pinceaux en stratégie, peu aidé il est vrai par l’apparition de la pluie à un peu plus d’une heure de l’arrivée. Bravo tout de même à cet équipage, complété par l’excellent Andy Soucek, pour son courage et le spectacle offert en piste. Pas de doute, ils donneront encore du fil à retordre à la concurrence à l’avenir !

Le joli triplé des rouges en catégorie Am : Cri du cœur oblige, je tiens à saluer dignement le très beau résultat des machines du Cavallino qui s’emparent du podium dans la catégorie Am. Avec, dans l’ordre, la Ferrari 458 Italia du Kessel Racing devant les 488 GT3 d’AF Corse et du Rinaldi Racing, voilà une affaire rondement menée pour ceux qui, à défaut de pouvoir jouer les lauriers suprêmes, nous régalent de leurs performances dans les échelons inférieurs. Et c’est bien là l’essentiel !

Une course splendide disputée dans un bel esprit : Enfin, le sentiment d’avoir vécu une édition réussie prévalait chez beaucoup à l’arrivée. Entre l’éviction-surprise des Mercedes à l’issue de la Super-Pole, le mano à mano entre les favoris sous une météo par moments devenue folle, ces 24 heures de Spa ont été d’un grand cru avec un vainqueur aussi beau qu’inattendu. Je le redis ; vivement l’année prochaine en misant toujours plus sur un plateau riche et éclectique.

Toute l’actualité et les résultats des Total 24 Heures de Spa en un clic ! 

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page