TCR BeNeLux

Interview / Colmarberg

Fabio Marchiafava : « On va jouer dans la cour des grands »

Le TCR BeNeLux s'apprête à accueillir à Colmar-Berg son cinquième constructeur avec l'engagement de la nouvelle Alfa Romeo Giulietta. Préparé par Romeo Ferraris, sous couvert du concessionnaire Renga et Charleroi on Tracks, le bolide rouge prendra la piste aux mains de Loris Cencetti et Fabio Marchiafava. Ce dernier, présent à Bruxelles pour la présentation de la belle italienne, se montre prudent à quelques jours d'un premier test "grandeur nature" qui ne sera pas de tout repos.

A-M : Fabio Marchiafava, nous voici à quelques jours de vos grands débuts en TCR BeNeLux, comment est-ce que l’histoire a débuté entre vous et la nouvelle Alfa Romeo Giulietta ?

Au début, Nicolas (Renga) et moi nous défendions bien dans le Troféo Abarth Benelux. Notre deuxième place en 2013 aurait dû nous valoir de belles ambitions pour la saison suivante puis la série s’est arrêtée et on s’est retrouvé sur le carreau. C’est alors qu’on a entendu parler du projet TCR de Marcello Lotti. Au départ, l’idée de piloter une autre voiture comme une Seat ne me séduisait pas forcément, sans doute mes origines italiennes (rires). Puis quand on a appris qu’une nouvelle Alfa Giulietta était mise en chantier par un préparateur privé. On s’est de suite montrés intéressés, sans même avoir de garanties sur le futur niveau de performances de la voiture, et l’affaire a été conclue.

L’Alfa Roméo Giulietta au départ à Colmar-Berg.

Que pensez-vous du niveau offert par le TCR BeNeLux depuis le début de saison ?

Disons que cela diffère pas mal du Troféo Abarth, qui reste avant tout une formule de promotion où tout le monde est sur un même pied d’égalité. En TCR, je sens déjà un esprit de compétition beaucoup plus fort. On va faire nos débuts avec une voiture semi-officielle, on n’a pas forcément le statut de « pro » mais même en tant que « semi-amateur » on aura peut-être l’occasion de faire quelques coups d’éclat sur la piste. Mais étant donné qu’on a des ambitions mesurées, le but n’est pas de performer mais avant tout de s’amuser tout en faisant honneur à Alfa Roméo, que l’on ramène à la compétition pour la première fois depuis 15 ans.

On reste conscient de jouer dans la cour des grands, que ce soit les pilotes ou les constructeurs. Je vais quand même me frotter à des Corthals, Bouvy ou Radermecker, qui est un peu mon icône belge. Plus les jeunes loups qui se montrent autant voire plus rapides que les anciens, etc. La partie va être difficile mais on peut quand même tenter quelque chose.

Marc Van Dalen : « le TCR est l’avenir de la course en Belgique »

Vous avez pris récemment le volant de la Giulietta à Mettet, comment s’est passé ce premier contact ?

J’ai eu la chance de d’abord me faire la main sur une Seat du Bas Koeten Racing (lors du Test-Day de pré-saison à Zandvoort, ndlr.) Une bonne voiture, confortable et rapide mais légèrement aseptisée à mon goût. Ok, elle est efficace mais un peu trop facile à piloter. Chapeau tout de même à cette équipe qui est parvenue à rendre une voiture à la fois puissante et agréable à conduire. Quand j’ai pris le volant de l’Alfa, c’était un autre discours. Son comportement était pointu et la puissance du moteur bien présente, malgré un rendement un peu plus « creux » que les 2 litres (1700 cc pour l’Alfa, ndlr.). Au niveau fiabilité, on a eu aucun pépin. Si je devais pointer deux points négatifs, je dirais le sous-virage et la motricité.

Colmar-Berg, comment l’envisagez-vous ?

J’y ai déjà évolué en Trofeo Abarth mais ce n’est vraiment mon genre de piste. Je préfère de loin les circuits rapides, ce qui ne sera pas le cas là-bas, et vu que notre Alfa souffre encore de quelques soucis de motricité, on s’attend logiquement à souffrir un peu. Ca va vraiment être un test grandeur nature. Malgré notre temps de piste à Mettet, on manque clairement de roulage par rapport à la concurrence.

 Comment est l’ambiance dans l’équipe ?

Elle est excellente. Vu nos objectifs à court terme, on n’a pas cherché à créer d’entrée de jeu la « dream team ». On a engagé deux mécaniciens du garage Renga qui connaissent bien leur job et deux étudiants très prometteurs de la région de Charleroi. Malgré leur inexpérience, ces deux jeunes (17 et 18 ans, ndlr.) nous ont déjà bluffé lors du test-day à Mettet, ce qui est bon signe pour la suite. C’est une addition de toutes ces forces qui fait qu’on peut arriver à produire quelque chose de bien, pourquoi pas avec le concours d’un fait de course ou l’autre. On croise les doigts !…

Rendez-vous ce week-end des 24 et 25 septembre pour la 4e manche du TCR BeNeLux 2016, qui fera étape sur le circuit de Colmar-Berg à l’occasion du Trophée du Luxembourg.

Cliquez ici pour ne rien manquer de l’actualité et résultats du TCR BeNeLux

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page