TCR BeNeLux

Interview / Colmarberg

Mathieu Detry : « Le TCR, du ‘close racing’ comme je l’aime ! »

Révélation de la manche de Zandvoort où il terminait 3e pour ses premiers tours de roues dans le TCR BeNeLux, Mathieu Detry fait son retour à la compétition ce week-end sur le circuit de Colmar-Berg. Au volant de la Seat Leon #6 du Ferry Monster Autosport qu'il partage avec Matthieu De Robiano, le Dilbeekois de 19 ans n'est pas là pour jouer les figurants dans une discipline où la jeunesse a plus que jamais son mot à dire !

A-M : Bonjour Mathieu, vous voilà de retour ce week-end au volant de la Seat du Ferry Monster Autosport. De bonne augure pour la suite ?

M.D : Malheureusement, je crois que je n’irai pas au-delà de Colmar-Berg cette saison, question de budget. Mon objectif pour l’instant est de préparer 2017. Mon podium de Zandvoort a suscité quelques intérêts reste maintenant à les concrétiser. Participer au meeting de ce week-end va me permettre, je l’espère, de continuer la discussion avec quelques personnes bien placées.

Après Zandvoort que vous connaissiez, voici Colmar-Berg, une piste plutôt étroite et technique qui laisse peu de place à l’erreur.

Ca va être spécial. J’ai essayé d’étudier un peu la piste mais il n’y a pas énormément de vidéos disponibles sur internet. Comme je roule aussi en VW Fun Cup, j’espérais qu’on allait pouvoir prendre la piste avant le TCR mais ça ne sera pas le cas. Dommage car ça aurait pu être un entrainement intéressant. A moi de m’adapter le plus rapidement possible mais le fait qu’il y ait peu de dégagements, ça ne me fait pas peur. J’ai déjà roulé sur le circuit de Pau en Legend Cars France, donc les pistes étroites je connais !

Revenons à vos débuts. Appelé au pied levé pour courir à Zandvoort, vous terminer 3ème du Sprint 4 en manquant de peu la 2ème place. L’émotion était évidemment grande à l’arrivée. (Voir photo ci-dessous)

detry_seat_ferry_colmarberg_tcr_2016_2
© DR

Grande et surtout inattendue. A part deux courses en Clio Cup et un peu de BGDC, je n’avais pas beaucoup d’expérience en traction et le roulage en essais n’est pas énorme sur le week-end. Au niveau du circuit, je le connaissais un peu pour y avoir roulé en Fun Cup mais il fallu quand même tout réapprendre au volant d’une voiture complétement différente. Heureusement, je parvenais à progresser à chaque sortie. Au début du week-end, j’accusais une seconde de retard sur le meilleur temps, à la fin j’étais à deux dixièmes.

Qu’avez-vous pensé du niveau proposé par la série ?

Rien à redire, il est juste excellent. La preuve avec les quelques stars internationales qui sont venues rouler, aucune n’est parvenue à vraiment « atomiser » la concurrence. Les voitures sont performantes et les pilotes se tiennent dans les mêmes temps. C’est vraiment du « close racing » comme je l’aime !

Marc Van Dalen : « le TCR est l’avenir du sport automobile en Belgique ! » 

Un mot à propos de votre parcours. Outre votre présence dans les compétitions belges, vous évoluez également en Legend Cars France, un concept pour le moins original.

Oui, il s’agit d’une compétition 100% française. J’y ai débuté en 2013 par l’intermédiaire d’un ami qui nous avait prêté une voiture datant de l’ancien championnat de Belgique. On l’a remise en état et j’ai pu débuter. Les voitures sont assez souples, avec beaucoup de débattement de suspensions, un peu comme en rallye-cross. Elles ont des carrosseries en polyester, comme en Fun Cup, qui rappellent le look des « midgets » américaines des années 30-40. Et chacune possède un moteur de moto qui développe 150 chevaux avec des gros pare-chocs en mode « karting » pour amortir les contacts.

Le concept de la série est basé sur le sprint avec des courses de 20 minutes et une endurance de 40 minutes. Pour apprendre le pilotage, c’est pas mal du tout mais j’ai moins l’occasion d’en faire cette année avec la concurrence de la Fun Cup.

A 19 ans, vous avez déjà touché à pas mal de choses ; kart, Legend Cars France, BGDC, Fun Cup et aujourd’hui TCR BeNeLux. Quelle serait la prochaine étape ?

Aujourd’hui, plus je peux rouler et accumuler de l’expérience, mieux c’est. Et jongler avec les compétitions, je considère ça comme une force. Maintenant, mon objectif à terme serait de pouvoir rouler à temps plein en TCR BeNeLux. Les budgets sont encore abordables en comparaison d’autres séries GT. On croise les doigts.

Pour conclure, y a-t-il une compétition qui vous fait rêver ? Une voiture que vous souhaiteriez piloter plus que tout ?

Sans hésiter, une V8 Supercar en Australie. Ce sont des voitures de rêve, les courses sont encore plus serrées qu’en Europe, les mécaniques sont surpuissantes. Ca serait un beau rêve, oui.

Bonne chance à Mathieu Detry. Pour son retour à la compétition, il s’alignera ce week-end sur la Seat Leon #6 du Ferry Monster Autosport aux côtés de Matthieu De Robiano.

Rendez-vous ce week-end pour la 4e manche du TCR BeNeLux 2016, disputée sur le tracé luxembourgeois de Colmar-Berg.

Cliquez ici pour ne rien manquer de l’actualité et résultats du TCR BeNeLux

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page