WeatherTech SportsCar Championship

Résumé de course / Petit Le Mans

Doublé des Ligier et victoire pour Michael Shank Racing et le trio Pla-Pew-Negri

La grande finale de l'IMSA WeatherTech SportsCar Championship et de la Tequila Patron North American Endurance Cup aura tenu ses promesses et tombe dans l'escarcelle de la voiture la plus rapide du weekend avec la victoire du Michael Shank Racing. Scénario identique en PC et en GTD pour PR1/Mathiasen Motorsports et la Dodge de Riley Motorsport tandis que Risi Competizione s'offre une première victoire avec la Ferrari 488 GTE.

Résultats de la course – Petit Le Mans

Prototypes : Michael Shank Racing au bout de l’effort
Après avoir dominé toutes les séances d’essais libres, les qualifications et le début de course, la Ligier JSP2-HPD #60 de l’équipe de Michael Shank a finalement traversé les 10 heures de l’épreuve sans jamais baisser les bras pour finalement remporter l’édition 2016 de Petit Le Mans. Une performance grandiose pour le 250ème départ de l’équipe en Prototypes et qui salue une saison fabuleuse pour Ligier en Amérique du nord avec trois victoires dans les trois grandes courses de longue haleine. Ce succès à Road Atlanta s’ajoutant à ceux d’ESM à Daytona et Sebring. Extreme Speed Motorsport qui aura connu quelques péripéties dans cette course mais qui finit en boulet de canon pour décrocher la deuxième place et offrir un doublé à la LMP2 made by Onroak Automotive.

Dans la lutte pour le titre, le duel entre Corvette DP d’Action Express Racing s’est joué à une crevaison près, pour la #5, permettant à la #31 de Cameron-Curan (ici associé à Pagenaud) d’être sacré pour la dernière saison des Daytona Prototypes. Une page se tourne, et c’est comme un symbole que les deux LMP2 devancent un trio de DP, la #10 du Wayne Taylor Racing s’offrant la troisième marche du podium devant les deux sociétaires d’Action Express Racing, la #31 puis la #5.

© IMSA
© IMSA

Prototypes Challenge : PR1/Mathiasen termine en beauté
Avec la pole à son actif, l’Oreca FLM09 #52 d’Alon s’était élancée en tête et aura croisé le drapeau à damier au sommet de la catégorie PC. Toujours aux avant-postes, elle aura su poursuivre sa route quand les adversaires tombaient les uns après les autres, seule la #38 Performance Tech Motorsports restant dans la course jusqu’aux derniers moments pour ne couper la ligne d’arrivée qu’avec un petit tour de retard sur les vainqueurs de la catégorie. Plus malheureuse sur la durée totale de l’épreuve, la #8 Starworks Motorsport aura su profiter de la distribution des points durant la course pour s’offrir – de peu – le titre à défaut de remporter la dernière course de la saison.

Chacun ses honneurs donc et Tom Kimber-Smith, Robert Alon et José Gutierrez ne boudaient certainement pas leur plaisir sur la plus haute marche du podium. Deuxième donc, la #38 du trio French-Koch-Marcelli, le Top 3 étant complété par la #85 de JDC-Miller pilotée par Goikhberg-Miller-Simpson. Mais la frustration peut tout de même se comprendre pour l’équipage victorieux de cette finale qui termine à égalité de points – 355 unités – au championnat, le titre revenant à Renger van der Zande et Alex Popow au bénéfice de leurs 4 victoires au long de la saison.

© IMSA
© IMSA

GTLM : Risi s’offre une première victoire avec la 488 et Corvette décroche le titre
Toujours rapide en essais, libres ou qualificatifs, les Ferrari 488 GTE de Scuderia Corsa (#68) et Risi Competizione (#62) ont constamment animé les débats en tête du GTLM, tantôt face au Ford, à d’autres moments opposées aux Corvette, les GT américaines restant leurs plus féroces rivales, là où les teutonnes BMW et Porsche connaissaient quelques coups durs.

Une fois encore, la course s’est jouée sur des détails. Et la Ford #66 aura cette fois pêché là où elle avait brillé à Laguna Seca pour sa première victoire, en devant repasser par les stands pour un splash & dash à 30 minutes du terme, trop juste en consommation pour rejoindre l’arrivée. Une aubaine pour la Ferrari Risi qui ne demandait pas son reste et filait recevoir le drapeau à damier en tête, synonyme d’une première victoire cette saison pour la Ferrari 488 GTE #62. Un succès qui lui avait échappé de justesse à plusieurs reprises cette année, pour le plus grand bonheur de Fisichella et Vilander rejoints cette fois par Calado.

Neuvième au général, elle devance la Ford GT #66 de Hand-Müller-Bourdais et la Corvette C7.R #4 de Milner-Gavin-Fässler, les deux premiers étant sacrés champions. Les trois voitures terminaient dans le même tour, avec une boucle d’avance sur la Corvette #3 qui aura joué de malchance dans le dernier tiers de l’épreuve.

© IMSA
© IMSA

GTD : La Viper fait ses adieux en beauté, Christina Nielsen écrit l’histoire
Placée en pole position par Jeroen Bleekemolen pour sa toute dernière apparition, la Dodge Viper GT3-R #33 Riley Motorsports/Viper Exchange n’aura pas manqué ses adieux à un championnat qu’elle aura marqué de son empreinte. Au bout d’une course mouvementée et d’une âpre lutte, le Serpent aura planté une ultime fois ses crochets dans la première marche du podium, Bleekemolen-Keating – associés à Miller – s’offrant un magnifique cadeau d’adieu avec une monture dont l’absence fera bien des déçus en 2017.

En lutte pour le titre face à la Ferrari 488 GT3 #63 Scuderia Corsa de Christina Nielsen et Alessandro Balzan, la Viper a gagné l’épreuve mais voit le titre tomber du côté de la berlinette italienne qui monte sur la troisième marche du podium et sacre donc – pour la première fois dans l’histoire du championnat – une femme en la personne de la charmante Danoise Christina Nielsen. Un titre amplement mérité au vu de la saison réalisée par la jeune femme et son équipier Balzan et qui clôture en beauté une saison exceptionnelle pour la Scuderia Corsa. Deuxième de cette édition 2016 de Petit Le Mans, la Porsche 911 GT3 R #73 de Park Place Motorsport n’aura certainement pas démérité et prouve si besoin en était que la Porsche est bel et bien compétitive.

Marquons enfin la belle performance, pour cette dernière de la saison, de la BMW M6 GT3 #97 Turner Motorsport de Markus Palttala et Michael Marsal, rejoints ici par Cameron Lawrence, qui échouent pour une poignée de secondes au pied du podium.

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page