Formule 1

Actualité / GP des Etats-Unis

Kubica s’exprime sur l’évolution de la discipline

Robert Kubica a récemment fait sensation à l'occasion du week-end de l'ELMS (European Le Mans Series) sur le circuit de Spa-Francorchamps, les 24 et 25 septembre derniers.

Le Polonais, que l’on n’avait plus vu sur un circuit depuis plusieurs saisons, avait répondu à l’invitation de Renault de s’aligner sur une puissante RS01 aux couleurs du team Duqueine Engineering. Une voiture au volant de laquelle il s’est adjugé la quatrième place de la course PRO.

Suzuka : Rosberg vainqueur, Mercedes titré et Hamilton en difficulté (report)

Articles similaires

L’ex-titulaire BMW-Sauber en a profité pour partager son point de vue sur la Formule 1 actuelle, une discipline où il a passé cinq saisons (de 2006 à 2010) en remportant le Grand Prix du Canada (2008).

« C’est toujours délicat de parler de la Formule 1 actuelle de l’extérieur, s’est exprimé Kubica dans une interview relayée par la RTBF.

« C’est difficile pour moi de juger, cela fait cinq ans que je ne suis plus en F1. Mais je pense que les pilotes qui, comme moi, ont pu conduire les F1 entre 2008 et 2010, ont eu la chance de conduire l’une des meilleures voitures de l’histoire de la F1 », poursuit-il.

« Elles n’étaient pas très puissantes, c’était un V8, mais avec l’aéro, les pneus, et la réglementation de l’époque, ces voitures te permettaient d’y aller à fond. Aujourd’hui, il faut faire plus attention à la gestion des pneus, à la consommation d’essence… »

Retour sur l’exploit du team WRT à Spa-Francorchamps ! 

« C’est un peu étrange pour moi de voir qu’après deux ou trois tours de course, les pilotes commencent déjà à économiser de l’essence. C’est la meilleure manière de bien terminer la course à l’heure actuelle. Moi, je pense qu’il faut donner la chance aux pilotes de pouvoir faire la différence grâce à leur talent », estime celui qui est monté sur 12 podiums en F1.

« Tout le monde doit s’adapter, mais je pense que l’an prochain, ce sera différent, ajoute-il. La Formule 1 a réalisé que la réglementation actuelle n’était peut-être pas le meilleur choix. »

« Personne ne vous le dira, mais je pense que la réglementation qui entrera en vigueur l’an prochain est la preuve qu’il fallait faire quelque chose. Pour les pilotes, c’est une bonne chose : les voitures sont rapides lors des qualifications, mais en course, c’est une autre histoire : elles sont assez lentes. Elles tournent dans le même rythme que les GP2 ! », conclut-il.

Cliquez ici pour ne rien manquer de l’actualité de l’ELMS ! 

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page