FIA WEC

Résumé de course / 6 Heures de Fuji

Victoire Toyota sur ses terres !

Le pays du soleil levant nous aura offert une course palpitante, parsemée d'obstacles et d'actions entre les différentes catégories. Malheureusement il faut bien une fin et l'équipage de la #6 a tiré le meilleur de sa Toyota devant une Audi acharnée pour trôner sur le podium final.

Après la mi-course, chaque équipe disposait encore d’une stratégie différée et donc d’une prise du leadership de temps à autre.

Après l’arrêt de l’Audi #8 alors en tête, c’est la Toyota #6 qui pris le relais pendant une dizaine de tours. Mais à la sortie du pit-stop de la #6, celle-ci parvenait à rejoindre l’Audi #8 et à nous offrir un tour roues dans roues avec celle-ci. Au bout de la ligne droite, la Porsche #1, elle aussi chanceuse d’un arrêt rapide, s’ajouta à la compétition et nous permettait d’admirer une bataille à 3 pour la victoire.

En LMP2, les leaders changeaient au fur et à mesure des arrêts : la Gibson du Strakka Racing a longtemps occupé la première place tandis que l’Oreca05 G-Drive et la Ligier du RGR s’échangeait souvent la tête.

Après 3h50 de course, l’Audi #8 s’était un peu échappée, mais ses deux poursuivantes ne pouvaient en dire autant et les passes d’arme ont été nombreuses entre la #6 et #1.

Alors que la lutte s’intensifiait en tête de la course avec la #6 qui rattrapait l’Audi #8, en GTE, les choses étaient un peu différentes. Ford menait toujours sa course en tête, plaçant suivant les arrêts, ses deux voitures en tête de la catégorie. En Am, Aston Martin assurait encore sa course en ayant un tour d’avance sur sa plus proche poursuivante, la Ferrari AF Corse #83. On notait toutefois que la Corvette #50 fut pousser dans son stand suite à des problèmes moteurs.

En tête, alors que les derniers arrêts s’amorçaient, Duval sur la #8 rentra pour changer les pneus et enchaina les tours rapides pour semer ses adversaires, signant le meilleur tour en course. Mais ses principales concurrents n’abandonnèrent pas. La Porsche #1 entama une folle remontée en ne changeant que deux pneus durant son dernier arrêt. Mais c’est bien la #6 de Kobayashi qui pris les choses en main pour tenir la tête de la catégorie reine.

En LMP2, les équipes commençaient à se rejoindre. Pour le plus grand bonheur du RGR et grâce à une bonne stratégie d’arrêt, la Ligier prenait le commandement de la classe devant l’Oreca du G-Drive pour moins d’une seconde. Mais la #26 n’avait pas dit son dernier mot et repassa la #43 dans une manœuvre spectaculaire. Celle-ci fut controversée et la direction de course ordonna le retour de la #43 en tête. Ce fut une bataille mémorable à l’avantage de l’Oreca qui re-dépassa la Ligier.

C’est en LMP1 que les choses se corsèrent à 1 minutes 30 de la fin : Loic Duval sur la #8 rattrapa rapidement la #6 alors en tête. Moins d’une seconde d’avance dans le dernier tour mais sur la ligne, l’Audi accusait toujours ce retard, laissant la victoire à domicile pour la Toyota #6.

Kobayashi aura donc supporté la pression de Loic Duval et se sera infiltré dans le trafic du dernier tour avec prudence mais rapidité offrant la victoire à ses coéquipiers Mike Conway et Stéphane Sarrazin.

Deuxième on retrouve l’Audi #8 de Duval, puis la Porsche #1 de Webber.

En LMP2, le suspens aura également été intense jusqu’à la fin avec une bataille acharnée entre la Ligier JSP2 du RGR by Morand et l’Oreca05 du G-Drive, à l’avantage de l’équipe russe. Troisième et n’ayant pas pu venir chatouiller les leaders, l’Alpine #36 prend néanmoins de gros points pour le championnat.

La course aura été beaucoup plus calme en GTE avec la victoire de Ford. Le Ford Chip Ganassi UK place ses deux Ford sur le podium, respectivement la #67 et la #66. Derrière et n’ayant pas pu faire grand chose, AF Corse place ses deux Ferrari dont la #51 sur le podium.

Enfin en GTE-Am, ce fut une course parfaite pour Aston Martin qui, avec plus d’un tour d’avance, termine sur la première marche du podium. Derrière, on retrouve la Ferrari #83 AF Corse et la Porsche KCMG #78.

La prochaine course se tiendra à Shanghai dans trois semaines.

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page