FIA WEC

Résumé de qualifications / 6 Heures de Shanghai

Porsche et Toyota devant, les six LMP1 hybrides en six dixièmes

Après trois années de cette bagarre à trois, jamais les trois marques n'auront été si proche en performance pure. De quoi offrir un final splendide à cet âge d'or dont on se souviendra longtemps. Et visiblement, les autres catégories veulent participer à ce feu d'artifice, car les écarts de chaque catégorie sont extrêmement réduits.

  • LMP1 : Toujours plus serré!

© John Rourke

© John Rourke

En LMP1, la bonne surprise de cette fin de saison vient assurément de Toyota. Après un début de saison correct et une superbe (mais tragique) performance aux 24 heures du Mans, les Japonais ont vécu quelques courses difficiles, dans le style de ce qu’ils ont vécu en 2015. Mais l’équipe niponne est de retour aux avant-postes: en veut pour preuve la superbe 2ème place sur la grille de départ de la #5 de Buemi-Davidson-Nakajima, à 0,06 seconde de la Porsche #1.

Le trio Webber-Hartley-Bernhard avait montré les dents lors des deux premières séances de libre, et a confirmé lors des qualifications avec une pole acquise de justesse: suite à un passage hors piste de Brendon Hartley, la 919 Hybrid #1 voyait son premier chrono annulé. Restait donc à Marc Webber de foncer signer un temps, pour que le Néo-Zélandais puisse repartir au charbon ensuite. Ce qu’il fit de la meilleure manière, en signant le meilleur chrono de la séance en 1’44″303.

Si la voiture soeur était un temps en tête de cette séance, un temps également annulé de Marc Lieb pour consommation excessive a repoussé la #2 en 6ème position. En deuxième ligne se trouvent donc l’Audi #8 de Di Grassi-Duval-Jarvis et la Toyota #6, suivies sur la troisième ligne de l’autre Audi R18, la #7.

Les six LMP1 Hybride se tiennent donc en 0.589 seconde!

  • LMP2 : Toujours plus serré! (bis)
© Gabi Tomescu
© Gabi Tomescu

Les qualifications de ces 6 heures de Shanghai sont certainement parmi les plus serrées de l’histoire du WEC.

En LMP2, l’équipe leader du championnat du monde, Alpine, a longtemps mené les débats. Mais en toute fin de séance, l’Oreca 05 #44 et la Ligier JS P2 #30 ont fait parlé la poudre pour tenter de s’emparer de la tête. Si la LMP2 verte d’ESM a échoué en troisième position, c’est passé pour l’équipe britannique Manor, qui signe sa première pole position dès sa première année en endurance! Ces trois voitures se tiennent en moins de deux dixièmes, avec devant un temps d’1’54″225.

Derrière, on retrouve l’Oreca du G-Drive et la Ligier du RGR by Morand.

  • GTE-Pro : Ford sur sa lancée
© Gabi Tomescu
© Gabi Tomescu

Comme à Fuji, c’est une Ford GT qui s’élancera en tête, la #67. Le duo Tincknell-Priaulx a signé un chrono moyen de 2’01″391, devançant la voiture sœur de Mücke-Pla de 0,137 seconde. Ce dernier a signé un excellent chrono, mais malheureusement pas suffisant pour s’emparer de la pole.

Les deux américaines sont suivies par l’Aston Martin Vantage de Thiim-Sorensen et la Ferrari 488 AF Corse de Bruni-Calado. Les quatre premiers se tiennent en moins d’une seconde.

  • GTE-Am : Grosse lutte entre Aston Martin et Ferrari 
© Gabi Tomescu
© Gabi Tomescu

Ce sont les gentlemen drivers qui ont fait la différence en Am. Si la Ferrari 458 de Collard-Perrodo-Aguas se plaçait initialement en tête suite aux chronos des pros, l’Aston Martin Vantage lui a pris les commandes grâce à Paul Dalla Lana, plus rapide que François Perrodo. La #98 partira donc en pole avec un chrono moyen d’2’04″997.

L’anglais et l’italienne devancent un trio de Porsche 911 RSR, emmené par la #88 d’Abu Dhabi-Proton Racing.

Départ de la course à 4 heures du matin (heure belge).

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page