Formule 1

Résumé de course / GP D'Abu Dhabi

Nico, deuxième Rosberg champion du Monde de Formule 1

On nous avait vendu une finale de haute volée, au bout du compte, Hamilton aura fait le boulot en remportant la course sans avoir jamais été vraiment en danger devant Nico Rosberg qui aura tenté de mettre la pression sur son équipier pour finalement monter sur la deuxième marche du podium, offrir un huitième doublé à Mercedes cette saison et décrocher son tout premier titre de champion du Monde de Formule 1.

S’il semblait évident que Hamilton était le favori pour la victoire après avoir dominé les EL1 et EL2 et signé la pole de manière autoritaire, encore fallait-il voir si Rosberg parviendrait à maîtriser ses nerfs pour terminer sur le podium et s’offrir un premier titre de champion du monde. Tous les hommes de tête s’élançaient en gommes ultra tendres sauf Riccciard en super tendres.

Les deux Flèches d’argent prenaient un très bon envol, conservant leurs positions tandis que Ricciardo voyait Raïkkönen le dépasser au premier freinage, se retrouvant sous la menace de Vettel tandis que Verstappen partait en toupie – après un contact avec le ponton de Hulkenberg – et repartait en dernière position. Suivaient les Force India de Perez et Hulkenberg, la McLaren d’Alonso et les Williams de Massa et Bottas pour compléter le Top 10 au premier tour. Magnussen passait par son stand dès la fin de la boucle initiale, revenait en piste pour abandonner après 5 tours. Les 5 premiers creusaient immédiatement un écart sur le reste du peloton. Rosberg ne laissait pas Hamilton s’envoler tandis que Raïkkönen restait dans le sillage des deux Mercedes. Bottas rentrait au stand au septième tour pour vérifier ses suspensions et abandonner

Articles similaires

Lewis effectuait son premier arrêt au huitième rang, suivi de Raïkkönen. Les deux hommes repartaient avec des Pirelli tendres. Au tour suivant, Rosberg passait lui aussi par la Pit Lane, perdant du temps pour laisser passer un Vettel rentrant au moment de repartir, mais il ressortait juste devant la Ferrari d’Iceman et dans le sillage immédiat de Verstappen tandis que Ricciardo ressortait dans le diffuseur de Kimi au tour suivant.

Button devait abandonner après une rupture de suspension pour son dernier Grand Prix. Le Grand Monsieur de la F1 était ovationné par le public pour ses adieux. Devant, Hamilton ne prenait pas la poudre d’escampette alors que Rosberg attendait sagement que Verstappen passe une première fois par les stands pour récupérer la deuxième place, mais le Néerlandais prolongeait son premier relais avec les ultra tendres, profitant du coucher de soleil qui faisait diminuer la température de la piste.

Kvyat abandonnait dans son 16ème tour. Trois boucles plus loin, Ricciardo tentait un dépassement sur Raïkkönen mais sortait large et permettait à Vettel de se trouver dans son aspiration. Au vingtième tour, Rosberg passait Verstappen malgré l’âpre résistance du pilote Red Bull. Le Néerlandais passait par son stand au 22ème tour pour chausser des gommes tendres et tenter une stratégie à un seul arrêt. L’enjeu pour Nico était de parvenir à imprimer un rythme suffisant pour pouvoir passer par le stand et ressortir devant la Red Bull, ce que l’Allemand s’attelait à faire en signant le meilleur tour en course.

Derrière les deux Mercedes, Vettel tentait de mettre la pression sur Ricciardo, lui-même à la poursuite de Raïkkönen. L’Australien effectuait son deuxième arrêt au 25ème tour pour rechausser des Pirelli tendres, espérant un bon tour de sortie pour faire la différence sur les Ferrari. Verstappen perdait lui du temps derrière les Force India, toujours difficiles à dépasser. Passé lui aussi par son stand, Kimi ressortait derrière Ricciardo. Les deux Red Bull et la Ferrari passaient Perez et poursuivaient leur remontée vers le podium tandis que Rosberg réduisait progressivement le retard sur Hamilton. Ce dernier passait une deuxième – et dernière? – fois par le stand au 28ème passage, repartant à nouveau avec des pneus tendres. Rosberg l’imitait au tour suivant, au moment où Verstappen haussait le rythme. Le leader du championnat du monde conservait sa deuxième place avec une poignée de secondes d’avance sur la paire de Red Bull, faisant d’ores et déjà un très grand pas vers le titre.

Très en verve, Nico revenait à nouveau sur Lewis avec l’envie d’ajouter du panache à son éventuel sacre. Pour sa part, Vettel poursuivait son petit bonhomme de chemin en tête, avec un arrêt de moins, profitant du rythme relativement « lent » de Hamilton. Pour autant le Britannique parvenait à maintenir son rival juste au delà d’une seconde derrière lui. Vettel s’arrêtait finalement au 38ème tour et repartait avec des gommes super tendres, au sixième rang derrière Raïkkönen, Verstappen avançant en troisième position devant son équipier et les deux Ferrari. Chaussé d’enveloppes plus fraîches et performantes, Vettel passait son équipier pour la cinquième place, partant à l’assaut des Red Bull en bagarre pour le podium.

Derrière le Top 6, les bagarres étaient nombreuses et le Top 10 voyait Hulkenberg et Perez assurer la quatrième place au championnat Constructeurs, devant Massa et Alonso, suivis aux portes des points par les Haas de Grosjean et Gutierrez. Sainz devait renoncer sur problème de boite de vitesses.

Clairement plus rapide que Ricciardo et Verstappen, Vettel revenait très vite dans le sillage du pilote des Antipodes, le passant à 8 tours du drapeau à damier. Il fondait alors sur l’autre Red Bull pour tenter de décrocher un podium. De son côté, sentant Max et Sebastian revenir, Nico tentait de se rapprocher de Lewis, histoire de se mettre à l’abri d’une attaque qui pourrait avoir de fâcheuses conséquences. Une issue espérée par Hamilton qui n’avait que la perspective d’un retour des deux hommes sur son rival pour remporter le titre. Clairement l’homme le plus véloce en piste, Vettel passait Verstappen dans le 51ème tour, avec à peine 2 bonnes secondes de retard sur le leader. Sentant le souffle de son compatriote, Rosberg poussait et se plaçait dans l’aspiration directe de Hamilton.

Les cinq derniers tours étaient intenses avec les trois premiers l’un derrière l’autre et Hamilton comprenait que sa tactique ne fonctionnerait pas, à deux tours de l’arrivée. Il accélérait un peu le rythme pour se prémunir de toute attaque et remporter la course. Bien que n’ayant besoin que d’une troisième place, Rosberg mettait un point d’honneur à conserver sa deuxième place et s’offrait son premier titre de champion du Monde, entre Hamilton vainqueur et Vettel troisième.

Verstappen, Ricciardo, Raïkkönen, Hulkenberg, Perez, Massa et Alonso complétaient le Top 10 de ce dernier Grand Prix de la saison.

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page