La marque aux anneaux n’en finit pas d’élargir son offre dans la gamme des SUV, déjà composée des Q7, Q5 et Q3. Le dernier en date se destine à une clientèle plus jeune et friande des Crossovers urbains. Première offre prémium de ce marché, si on écarte le Countryman, Audi compte bien engloutir sa part du gateau avant l’arrivée de BMW, Volvo et Mercedes.

Un style propre

Si l’ensemble de la gamme Audi ressemble à des poupées russes, la Q2 se paye une personnalité propre. Bien entendu on retrouve heureusement l’ADN Audi au premier regard mais il ne s’agit pas d’une simple copie d’A3 surélevée ou Q3 réduite. Ce style propre, elle le doit sans doute à sa nouvelle calandre hexagonale dont le traitement diffère du restant de la gamme. Le biseau au bas des vitres des portes permet aussi d’abaisser visuellement la ligne de caisse faisant ainsi ressortir les passages de roues.

Le montant de toit arrière, assez large (peu pratique pour la rétrovision), est personnalisable avec dans le choix des couleurs, du gris argent, gris foncé ou blanc. Seul élément un peu troublant dans tout cela, les feux arrière qui ne cesseront de nous faire penser à sa cousine germaine, la VW Polo. Pour le reste il faut bien admettre que sa plastique n’est pas désagréable à l’œil et qu’Audi signe là une vraie réussite.

A bord, les habitués de la marques trouveront rapidement leurs repères. Le tableau de bord semble être calqué de l’A3, ce qui n’est pas une critique tant celui-ci est bien dessiné. Comme toujours, la finition frise la perfection mais… ci et là apparaissent quelques plastiques durs. Le volant à 3 branches et à méplat sur notre version Design tombe parfaitement en main et nous laisse profiter du Virtual Cockpit dont l’utilisation s’avère très simple et fluide. Celui-ci est une réelle réussite tant sur le plan du style qu’en utilisation. Vous pouvez aisément utiliser la navigations sur le virtual cockpit tout en profitant de l’Apple Car Play sur l’écran central. Pour les voyages entre amis, pas de tracas, l’espace aux places arrière s’avère correct et le coffre est suffisamment grand avec un volume de chargement de 405 litres. Il déçoit par contre une fois la banquette rabattue avec un espace ne dépassant pas les 1050 litres. Un Peugeot 2008 culmine à 1.400 litres pour ce même exercice.

1.4 TFSI, probablement le meilleur choix !

La tendance actuelle pousse les consommateurs à retourner vers les moteurs à essence. Cela se traduit dans les chiffres de vente du Q2 dont environ 65% des commandes concernent le 1.4 TFSI que nous essayons pour vous aujourd’hui. Celui-ci est équipé de la technologie COD (cylinder On Demand) qui coupe la moitié des cylindres à vitesse stabilisée. Sans prétendre à une vocation sportive, il faut admettre que ce petit 4 pattes sied à merveille au Q2. Souple et à la sonorité agréable mais sachant se faire discret, il acceptera les bonnes relances et ne rechignera pas à monter dans les tours.

Couplé à la nouvelle boite 7 rapports S-Tronic à double embrayage, les 150 ch ne trouveront aucun mal à déplacer ce petit Crossover urbain. Il est vrai qu’Audi est parvenu à maitriser son poids en restant sous les 1300 kg, au bénéfice de la consommation. Ceci dit, autant vous le dire de suite, les 5,4 litres de moyennes annoncés ne sont qu’un doux rêves. Tablez plutôt sur une consommation moyenne variant de 6.1 (notre meilleur score sur autoroute) à 8.0 litres (trajet urbain), ce qui reste tout à fait honorable pour un petit SUV de 150ch.

Reposant sur la plateforme MQB, que nous ne vous présenterons plus, le Q2 affiche sans surprise une excellente tenue de route et ce, sur tout type de trajet. La direction s’avère douce et précise mais le rayon de braquage nous aura semblé un chouïa excessif en milieu urbain. Coté confort, notre modèle n’étant pas équipé de la suspension sport disponible en option sur les S-line, ne souffre d’aucune critique en ville. Seulement une fois le cap mis sur l’autoroute, nous regretterons un confort un peu trop ferme et trépidant à notre goût. Dès lors, inutile selon nous d’opter pour la suspension sport en option.

Comme un Q7

Cela peut sembler pompeux mais c’est pourtant bien vrai. Même si le Q2 est loin du gabarit impressionnant du Q7, presque tout l’équipement disponible sur ce dernier l’est sur le Q2. Bien entendu, il vous faudra mettre la main au portefeuille et vous risqueriez de rapidement doubler la mise de départ. Comptez 51.000 € pour notre véhicule d’essai, soit plus de 20.000 euros d’options ! Parmi celles-ci nous avons par exemple les phares avant à technologie DEL (1.488,30€), le système audio Bang&Olufsen (943,80€), les encarts décoratifs au tableau de bord rétro-éclairés (296,45€) ou encore le pack technology (2.480,00€) comprenant le virtual cockpit et le système de navigation MMI. La liste des options est donc longue et vous permettra de personnaliser votre Q2 comme aucun autre.

Et si…

… Audi nous avait sorti là un futur best-seller? Look ravageur, personnalisation à gogo et ensemble moteur/boite convaincant. Seul le prix pourra en rebuter certains.

Pensez à nous suivre sur Facebook et à vous abonner à notre newsletter ! Nous sommes également sur YouYube.