On a coutume de dire que la stabilité est la clé de la réussite en Formule 1. Un adage que ne semble pas avoir retenu Renault SPort F1 qui a décidé de faire le ménage dans ses effectifs. Victime de choix de cet écrémage - pour mieux recruter espérons-le - Frédéric Vasseur paie-t-il ses divergences d'opinion avec d'autres ténors du Losange?

Homme couronné de succès avec sa propre équipe – ART Grand Prix – en monoplace comme en GT lorsqu’il y a touché, Frédéric Vasseur avait été recruté par Renault pour prendre le rôle de Team Principal de son écurie de F1. Une expérience qui n’aura donc duré qu’un an.

Après une saison du retour en demi-teinte et une R.S.16 en déficit de performance pour n’avoir été qu’une Lotus 2015 adaptée à son moteur Renault, venu remplacer le Mercedes qu’elle exploitait auparavant, le bilan n’était certes guère flatteur. Mais le défi était de taille. Appelé pour ré-organiser  la structure en collaboration avec Cyril Abiteboul – directeur de Renault Sport Racing – Vasseur ne partageait pas toujours le point de vue de ce dernier, rendant la cohabitation délicate.

SUR LE MÊME SUJET :
La légende de F1 Mika Häkkinen devient l’ambassadeur de McLaren
14853277 1517757418251260 4893426791399312431 o e1484131064276 - Clap de fin pour Frédéric Vasseur chez Renault F1
© Renault Sport F1 Team

Résultat des courses, Frédéric Vasseur ne fera plus partie des effectifs de Renault Sport Racing en 2017 : « Après une première saison consacrée à relancer et reconstruire son équipe de F1, Renault Sport Racing et Frédéric Vasseur ont décidé de se séparer par accord mutuel à compter d’aujourd’hui. Les deux parties souhaitent conserver les bonnes relations de travail expérimentées et espèrent que cela puisse prendre une nouvelle forme dans le futur. »

Un communiqué laconique qui en dit long… à peine plus d’un mois avant le lancement de la nouvelle monoplace qui sera présentée le 21 février. Une « R.S.17 » (dénomination supposée) qui sera confiée à Nico Hülkenberg, transfuge de Force India, et Joylon Palmer qui pourra capitaliser sur l’expérience acquise en 2016.