WeatherTech SportsCar Championship

Interview / null

Laurens Vanthoor, le Belge qui monte

Quand on pense à un pilote noir-jaune-rouge qui a marqué l'ère du GT3 jusqu'à présent, certes Maxime Martin, Maxime Soulet ou encore Wolfgang Reip pourraient venir à l'esprit, mais LA référence belge a un nom : Laurens Vanthoor. Protégé de Vincent Vosse et du Belgian Audi Club Team WRT, Laurens a tout gagné ou est monté sur le podium de toutes les plus grandes compétitions ou courses. Aujourd'hui, il franchit un clap en passant au GTE avec un statut de pilote d'usine Porsche.

Bonjour Laurens, comment s’est passée la préparation pour la saison 2017 ?
Vraiment très bien, les préparatifs avec Porsche avaient déjà débuté en Novembre donc je suis d’ores et déjà bien avancé début janvier. Il reste pas mal de choses à apprendre, mais tout se passe bien pour le moment.

La fin d’année vous a vu faire vos adieux à Audi et WRT. Quel regard portez-vous sur cette aventure ? Vincent Vosse et J.G. Mal-Voy ont-ils sauvé votre carrière ?
Ils ont fait ma carrière et ont contribué à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui. Je n’oublierai jamais ça. C’était et ce sera encore ma deuxième famille et mes amis, même si désormais je suis parti. Ce furent clairement les meilleurs moments que j’ai connus dans ma carrière jusqu’à présent. Mais je suis certain que nos chemins se croiseront à nouveau.

Vous avez de nombreux souvenirs au sein de cette grande famille aux quatre anneaux. Lequel vous a le plus marqué, positivement et négativement ?
Sur un plan négatif, ma première participation aux 24 heures du Nürburgring avec deux crashes en course.

Du côté des bons souvenirs, je placerais la victoire, deux ans plus tard, à ces même 24 Heures du Nürburgring.

En 2016, vous avez partagé le volant avec votre petit frère dans le baquet de l’Audi R8 LMS du Belgian Audi Club Team WRT. Comment avez-vous vécu cette expérience ? En grand frère, en coéquipier ou les deux ?
Ce fut très agréable et plutôt particulier. Au bout du compte, il s’agit d’un équipier comme un autre, mais on traite toujours son frère de manière un peu plus spéciale. Ce fut une expérience vraiment cool et j’espère que nous pourrons remettre ça un jour.

Vous officierez désormais sous la bannière Porsche, que représente cette marque à vos yeux ? Comment s’est passée votre intégration à cette équipe ?
Pour moi, être pilote officiel Porsche a toujours représenté quelque chose de spécial quand j’étais jeune. En être un me rend vraiment très fier. Porsche possède la plus grande histoire en sports mécaniques et fera toujours de la compétition car c’est inscrit dans son ADN. Je pense que n’importe quel pilote au monde aimerait être pilote d’usine pour Porsche.

Que connaissiez-vous de l’IMSA WeatherTech SporsCar Championship ? Est-ce un championnat qui vous faisait rêver ? Quel tracé avez-vous le plus hâte de découvrir ?
Jusqu’à présent pas grand chose, je dois tout apprendre. Les circuits, les règles… Mais c’est ce que je voulais faire. J’adore le tracé des circuits, la manière de courir, la vie à l’américaine. J’ai vraiment hâte que la saison commence.

Pour aborder ce nouveau défi, comment vous êtes-vous préparé pour les nouveaux circuits – très différents des tracés européens – sur lesquels vous allez rouler.
J’ai un très bon partenariat avec Vesaro. Il s’agit d’une marque de simulateurs.J’en possède une très bon à la maison et je passerai pas mal de temps dessus pour apprendre les tracés.
(Pour rappel, Maxime Martin avait procédé de la même manière lors de sa saison avec BMW Team RLL, ndlr)

Allez-vous vous installer aux USA ou ferez-vous les trajets entre chaque épreuve ?
Je resterai en Europe. J’aurai du travail sur le Vieux continent aussi et ma femme préfère rester ici pour le moment.

Après avoir piloté l’une des meilleures GT3 et une LMP2 de pointe, voilà que vous prendrez le volant d’une GTE d’usine. Quelles sont les spécificités de votre nouvelle monture ? Avez-vous pu comparer la 911 RSR 2017 à la version 2016 ?
Non, je n’ai jamais pris le volant de l’ancienne RSR. Mais je pense que la nouvelle version est extraordinaire. En comparaison d’une GT3, vous pouvez vraiment sentir et voir que ce n’est pas une voiture destinée à la compétition-client. Le souci du détail dans tous les domaines de la voitures est énorme et très impressionnant. C’est une véritable pièce de haute précision, qui plus est très agréable à piloter.

Quels seront vos objectifs pour 2017 ? Serez-vous uniquement actif en IMSA ou pourrait-on vous voir au Nürburgring ou ailleurs ?
Je ferai le championnat IMSA WeatherTech SportsCar Championship, peut-être le Mans. Et il se pourrait que je prenne part à certaines grandes épreuves GT3, comme Bathurst, le Nürburgring, Spa ou Macao. (Laurens a, depuis, confirmé via les réseaux sociaux qu’il sera engagé aux 12 Heures de Bathurst sur une 911 GT3 R du Walkinshaw Racing aux côtés de Kevin Estre et Earl Bamber.

 

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page