Formule 1

Actualité / Intersaison

Liberty va prendre des mesures à l’américaine pour repopulariser la discipline

Le nouveau chef commercial de la Formule 1 a révélé les clefs qui seront sa priorité immédiate pour améliorer l'image de marque de la Formule 1 dans les prochaines années.

Sean Bratches, ancien directeur de ESPN, a été nommé chef des stratégies commerciales de la F1 pour travailler aux côtés du PDG, Chase Carey, et du directeur général, Ross Brawn, qui s’intéressera lui aux questions sportives. Lors de sa première entrevue, depuis qu’il a pris le poste, Bratches a déclaré à CNN qu’il y avait certains domaines clés qui, selon lui, avaient attiré singulièrement son attention et sur lesquels il allait se pencher grâce à son nouveau rôle.

« Il y a quatre choses; réelles; sur lesquelles je vais me concentrer« , a t-il déclaré. «L’une c’est la marque – la marque est le point d’entrée de toute entreprise, de toute firme, de tout sport. Et nous allons travailler à comprendre la marque, et son impact sur les fans, comme l’a fait la NASCAR. Nous allons la peaufiner, nous allons l’élever, ce sera vraiment l’élément central pour ce que nous faisons. Cela nous permettra peut-être d’entrer sur de nouveaux marchés, d’un point de vue commercial, j’entends, d’intéresser des commanditaires, des détenteurs de droits, des promoteurs. Je pense qu’il y a une grande opportunité dans l’espace numérique pour la F1 aujourd’hui, et d’engager les fans de façons très nouvelles, utiliser des sponsors populaires pour créer de l’attractivité. (NDLR: le schéma est simple, c’est de prendre la recette de ce qui marche le mieux à ce niveau en sport automobile, encore une fois c’est l’exemple réussi de la NASCAR qui sera pris)

Articles similaires

L’expérience de course. Créer une meilleure expérience de course qui engage les fans, les spectateurs et à la télévision est une immense opportunité. Cette vison des choses semble, à tout le moins la meilleure chose qui puisse arriver à la F1, d’un point de vue sociétal. Redorer le blason populaire d’une discipline parfois devenue trop élitiste au niveau des coûts pour une famille européenne lambda.

Carey croit que l’un des domaines où la F1 peut offrir une croissance énorme est sur le plan commercial, avec un parrainage accru et l’alignement avec les entreprises qui veulent s’impliquer dans le sport.

Il a souligné mardi que si les sports comme la Ligue Majeure de Baseball (MLB) ont plus de 80 personnes travaillant sur l’acquisition de commanditaires, la F1 avait une seule personne – et plus personne ne travaillait sur le marketing. Bratches reconnaît que si le sport a accompli de grandes choses, il a suivi un chemin trop peu pragmatique, peu populaire, en termes commerciaux.

« Il est incontestable que c’est un Super Bowl toutes les deux semaines et je pense que ce sera notre priorité« 

MLB, NASCAR ont démontré depuis des années que le show complet, attractif financièrement pour les familles, d’une course automobile, et de tout ce qui gravite autour faisait de chaque évènement, de véritables « superbowls » à chaque coup. Des shows très regardés, et de la publicité qui se bat à millions pour apparaître sur les écrans. Et l’argent rentrant à flot permet ainsi d’innover toujours plus, et je pense que c’est ce que cherche Liberty Media, et son nouveau chef commercial: rendre plus accessible la F1 par une gestion de projet des coûts visant un plus large spectre.

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page