Pointées comme favorites des 12 Heures de Sebring, les 3 Ford GT on assumé leur statut en faisant constamment la course aux avant-postes tout au long du tour d'horloge. Au final, c'est une deuxième place qui vient saluer ce deuxième rendez-vous de la saison IMSA WeatherTech SPortsCar Championship et de la Tequila Patron North American Endurance Cup.

Mais en y regardant de plus près, la force de l’Ovale Bleu se retrouve dans la présence de ses trois montures dans le Top 5 final aux 2ème, 4ème et 5ème places, manquant de peu la victoire après avoir mené la course durant de nombreuses heures.

Ces 12 Heures de Sebring saluent neuf mois de compétition qui auront vu les Ford GT du Ford Chip Ganassi Racing remporter les 24 Heures du Mans, les 24 Heures de Daytona et décrocher la deuxième place à Sebring en catégories GTE/GTLM.

C’est la #66 qui termine donc deuxième grâce au rush final de Joey Hand qui s’est battu avec le future vainqueur jusqu’au drapeau à damier. Associé à son équipier pour la saison Dirk Müller et à Sébastien Bourdais, Hand a récolté des points cruciaux dans la course au titre IMSA WeatherTech SportsCar Championship et le 17ème podium depuis les débuts de la Ford GT l’an dernier.

Et l’Américain de déclarer : « C’est toujours frustrant d’être deuxième. Nous avons été battus par une voiture qui était juste plus rapide que nous de nuit. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. J’ai vraiment tout donné. Au risque de flinguer mes pneus, j’ai attaqué comme un fou en pensant que ça me permettrait de passer devant. Cela étant dit, si nous ne pouvions gagner cette course, nous nous devions de penser au championnat. Je pense que ce fut une bonne journée. Nous voulions remporter cette troisième victoire (avec le Mans et Daytona, ndlr) pour conserver la spirale positive active. C’eut été fun. Mais dans l’absolu, nous avons gagné quelques grandes courses durant les 12 derniers mois. Je ne peux pas être trop déçu. »

Après plusieurs heures de compétition qui ont vu chacune des trois Ford Gt mener la catégorie, la #66 et la #64 pointaient aux troisième et quatrième places à 30 minutes de l’arrivée, et bien que luttant jusqu’au bout, il sembla vite que le compte de fée qui avait vu l’une d’entre elles s’élancer en pole prendre fin. C’est alors que la Porsche qui était deuxième a écopé d’un drive-through, offrant soudainement aux deux Ford de revenir sur le podium.

Sébastien Bourdais : « Les choses étaient relativement sous contrôle pour la plupart de la course et nous étions en très bonne position. Finalement, cela s’est terminé sans obtenir le résultat que nous espérions, mais quand la Corvette est passée en tête, nous n’étions simplement pas capables de la titiller. Du coup, il s’est avéré qu’ils pouvaient tourner un peu plus vite que nous et ça a fait la différence. Nous allons continuer à travailler sur la Ford Gt et voir si nous pouvons continuer à l’améliorer pour la prochaine fois. »

La #67 de Westbrook-Briscoe-Dixon était en mesure de terminer troisième jusqu’au dernier tour où un contact l’envoyait hors piste. Westbrook, Briscoe et Dixon avaient pourtant presque effacé le fait de s’élancer depuis la queue du peloton parce que la #67 n’avait pas su démarrer pour le tour de mise en grille alors qu’elle s’était octroyée la pole. De quoi laisser l’honneur de partir en première position à la voiture soeur #66.

SUR LE MÊME SUJET :
Robert Alon sous probation après sa bévue de Long Beach

Un incident du dernier tour qui aura déçu Ryan Briscoe : « Se faire éjecter du podium dans le tout dernier tour est très décevant pour être honnête. Nous avions une voiture géniale tout la journée et nous étions vraiment dans la bagarre pour le podium. Ce fut simplement à fond tout au long des 12 Heures de Sebring. Nous avons juste manqué d’un peu d’équilibre pour gagner mais nous allons continuer comme ça et en tirer les leçons. Ce fut un bel effort d’équipe avec les 3 voitures ce weekend. Merci à Ford et au Team Ganassi. Les voitures ont roulé sans le moindre problème. Je suis vraiment très fier de l’énergie que chacun a mis dans cette course. »

Des maux d’un genre différent ont frappé la Ford GT #68 (engagée par Ford Chip Ganassi Racing Team UK). Elle a dû composer avec une crevaison lente à l’avant droit – la deuxième crevaison pour la voiture sur l’épreuve – dans les dernières minutes et qui l’ont reléguée à la cinquième place finale, une position de mieux qu’au départ. Ce fut donc un final décevant pour l’équipe qui avait fait un voyage de deux courses en Amérique du Nord et est désormais de retour au Royaume-Uni pour lancer sa saison en FIA WEC.

Et George Howard-Chappell – Team Principal de l’équipe engagée en FIA WEC – de déclarer : « Je pense que l’équipe a fait un super boulot en venant ici et en réalisant un très bel effort. Nous avons mené la course un moment et avons juste été un peu malchanceux avec deux crevaisons. C’est tout simplement trop pour revenir devant. »

Article précédentLes crashes et fautes de l’édition 2017
Article suivantTesla va stopper la production des Model S 60D