Formule 1

Déclaration d'avant course / GP de Chine

Après le Yang à Melbourne, Haas espère le Yin à Shanghai

On se veut philosophe chez Haas F1 Team. Selon le principe asiatique bien connu, le Yin et le Yang forment un tout. Pas de jour sans nuit, pas de froid sans chaud, pas de chance sans malchance. Et pour ce qui est de la malchance, l'écurie américaine a été servie en Australie. Reste à rééquilibrer les choses en Chine ce weekend.

Après avoir vu ses deux pilotes subir le « Yang » et abandonner à Melbourne, les attentes « Yin » sont de voir Magnussen et Grosjean marquer des points à Shanghai. Tous deux étant persuadés qu’un bon résultat est possible. Leur déception en Australie est atténuée par la vitesse et le potentiel de la Haas VF-17. La seconde F1 conçue par Haas F1 Team était assez rapide pour figurer au sommet du sub-top derrière les trois Top Teams. Comme l’a prouvé le sixième chrono en qualifications de Romain Grosjean, devant les Williams, Toro Rosso, Force India, Renault, McLaren et Sauber, ce qui représentait par la même occasion la meilleure qualification de Haas depuis ses débuts un an plus tôt.

Malheureusement, Grosjean n’a pas été en mesure de capitaliser sur ses excellentes qualifications en raison d’une fuite d’eau qui mettait un terme à son grand prix après seulement 13 tours. De son côté, Magnussen a également pu constater la compétitivité de sa VF-17. Mais en cherchant à compenser le manque de roulage en essais libres, il a manqué sa séance qualificative, restant bloqué en Q1. Un contact dès le troisième virage du premier tour compromettait sa course qui prenait fin à 11 tours de l’arrivée suite à une crevaison à l’avant droit.

Articles similaires

« Le potentiel est énorme, » selon Grosjean. Ce que confirme Magnussen : « La voiture est présente au rendez-vous. Nous avons juste à la faire atteindre l’arrivée et marquer des points. »

Avec une monoplace ayant prouvé être yin au Grand Prix d’Australie, Grosjean et Magnussen arrivent avec pas mal d’optimisme et d’expérience en Chine. Grosjean y a pris le départ à cinq reprises déjà, terminant trois fois dans les points, avec pour meilleure résultat une sixième place en 2012. Pour Magnussen, qui compte deux départs à Shanghai, la meilleure place à l’arrovée est une treizième en 2014.

Marquer des points en Chine impliquera de poursuivre sur le rythme affiché en Australie tout en résolvant le casse-tête présenté par Shanghai avec ses virages en colimaçon et sa très longue ligne droite en fin de tracé. Par virages en colimaçon, on entend les virages & à 4 et 11 à 13, juxtaposés à une ligne droite de 1,4km, la plus longue du championnat de F1. Les pilotes y atteignent 320km/h avant un freinage pour l’épingle du virage 14. Il est donc important de disposer de beaucoup d’appui aéro tout en s’assurant d’un bon compromis très délicat.

Il s’agit donc d’un tracé qui réunit de nombreuses caractéristiques yin & yang. L’équilibre sera la clé, et c’est pourquoi Haas F1 Team opte pour une approche équilibrée pour cette deuxième course de cette saison.

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page