Formule 1

Résumé de course / GP de Chine

Hamilton prend sa revanche de Melbourne devant Vettel et Verstappen

Les conditions humides du départ ont aidé le Grand-Prix de Chine à être passionnant. Avec des Mercedes et Ferrari à un niveau similaire, le suspens est bien plus grand que ces dernières saisons. De plus, RedBull a pu se mêler à l'affrontement, ce qui a valu quelques belles passes d'armes et des dépassements impressionnants. Lewis Hamilton a malgré tout remporté une victoire qui ne lui a jamais été contestée.

C’est chaussés de pneus intermédiaires que presque toute la grille s’est élancé sur une piste fraîche et partiellement humide. Seul Carlos Sainz a tenté le pari de mettre des pneus pour piste sèche directement.

Après un excellent départ, Hamilton a gardé l’avantage de sa pole position. L’envol de Vettel fût plus laborieux, mais il s’est néanmoins maintenu devant la Mercedes de Bottas. Excellente opération pour Max Verstappen qui, après être parti 16ème – le Néerlandais avait été éliminé en Q1 -, a pris un excellent départ et effectué un impressionnant premier tour qui l’a vu dépasser un grand nombre de voiture. Le pari de Sainz fût moins inspiré, car après un envol très compliqué, l’Espagnol est parti en tête-à-queue dans le premier virage.

Articles similaires

Si le départ s’est déroulé sans encombre, Lance Stroll s’est accroché avec Pérez au virage n°10, l’obligeant à abandonner et forçant la direction à mettre en place une Virtual Safety Car.

Une partie du plateau en a profité pour rentrer aux stands et repasser en pneus slicks. Si Vettel notamment a fait ce choix, ce n’était pas le cas d’Hamilton, Bottas, Ricciardo et Raïkkönen. Si voir quel choix était le bon aurait été intéressant, Giovinazzi nous a privé de ce plaisir car l’Italien a une nouvelle fois perdu le contrôle de sa Sauber dans la ligne droite, tapant le mur et obligeant la sortie de la voiture de sécurité réelle cette fois. Toutes les autres équipes sont donc également rentrées pour s’équiper de pneus lisses, dans les deux tours qui ont suivi. Le classement s’est donc vu chamboulé, Lewis Hamilton restant devant Ricciardo, Raïkkönen, Verstappen et Vettel. Bottas est parti en tête à queue sous la Safety Car, se retrouvant ensuite 12ème.

Verstappen a continué de grimper dans le classement: il a réussi à faire l’extérieur au Finlandais Raïkkönen, permettant aux deux Red Bull de se retrouver sur le podium. Un double duel entre équipiers se lançait alors, et le Néerlandais ne tardait pas à se saisir de la seconde place au détriment de Ricciardo. L’Australien fût ensuite un peu en difficulté à cause de sous-virage sur sa RB13, bouchonnant les deux Ferrari.

©FIA

Du coté de McLaren, Fernando Alonso a également profité des événements en grimpant en 7ème place alors que notre compatriote Stoffel Vandoorne était quant à lui 14ème. Malheureusement, le Belge a une fois de plus subi une avarie mécanique au niveau du système d’arrivée d’essence, l’obligeant à rentrer aux stands pour abandonner… L’Allemand Hulkenberg a reçu 10 secondes de pénalité suite à un dépassement sous Virtual Safety Car, alors que le Russe Kvyat a été obligé d’abandonner.

Longtemps très proche de son équipier Finlandais, Vettel passait à l’attaque au vingtième tour pour s’emparer de la quatrième place et se rapprochait directement de Ricciardo. Son ancien équipier n’a pas résisté longtemps à la vitesse de l’Allemand, qui a malgré tout dû jouer des coudes pour passer troisième. Très en forme, ce dernier est rapidement revenu sur Verstappen qui a ensuite fait une erreur au freinage, le faisant du coup rétrograder d’une place. Max est ensuite directement rentré au stand pour remettre des supertendres, car son équipier et lui avaient fait le choix des pneus à flancs rouges, contrairement à Hamilton et aux Ferrari. Ressorti avec des gommes neuves derrière Bottas en pneus usagés, il n’a pas hésité en passant directement à l’attaque au freinage.

©Scuderia Ferrari

Alors que Sebastiant Vettel était repassé aux stands pour mettre également des nouvelles gommes, la McLaren de Fernando Alonso s’est arrêtée en piste. L’Espagnol faisait une course exceptionnelle en se maintenant dans les points. Le Finlandais Valterri Bottas a fait le même choix que Ferrari en rentrant au stand, suivi par son équipier au tour suivant. Les deux pilotes ont chaussé des tendres à flancs jaunes, ceux du Britannique étant neufs.

Élément important et rassurant pour le spectacle et les fans, les nombreux dépassements qui ont eu lieu, avec ou sans DRS, tout au long du grand-prix.

Si le Russe Kvyat a abandonné, son équipier Carlos Sainz a fait une excellente course. L’Espagnol, après son pari un peu manqué du départ, s’est longtemps maintenu 6ème avant que la Mercedes de Bottas ne le fasse rétrograder 7ème. De toutes les forces du milieu de plateau, Haas et Force India ont fait un beau GP: Pérez et Ocon terminent dans les points en 9ème et 10ème position, alors que devant les deux VJM10, Magnussen est 8ème avec sa Haas.

©Scuderia Toro Rosso

La fin du grand prix a été animée par un nouvel affrontement entre les équipiers Red Bull, Verstappen essayant de résister à son équipier. L’Australien n’aura pas réussi à trouver l’ouverture mais il s’en est fallu de très peu.

Pendant ce temps, le Britannique Lewis Hamilton remporte la victoire devant le vainqueur de Melbourne, Sebastian Vettel. C’est la 54ème de sa carrière, et cela place les deux champions à égalité au championnat du monde. Du coté belge le bilan est nettement moins reluisant, Vandoorne n’ayant toujours marqué aucun point.

©FIA
Place Pilote Écurie Écart
1 L. Hamilton Mercedes 56 tours
2 S. Vettel Ferrari +6.2
3 M. Verstappen Red Bull +45.1
4 D. Ricciardo Red Bull +46.0
5 K. Raïkkönen Ferrari +48.0
6 V. Bottas Mercedes +48.8
7 C. Sainz Jr. Toro Rosso +72.8
8 K.Magnussen Haas +1 tour
9 S. Pérez Force India +1 tour
10 E. Ocon Force India +1 tour

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page