Plutôt malchanceux cette saison, parfois bien bousculé par un jeune équipier ambitieux et sans complexe, Daniel Ricciardo reste une valeur sûre du peloton de la F1, un champion du monde en puissance comme le veut l'expression. Mais pour atteindre son but, l'Australien devra-t-il voler de ses propres ailes ou rester dans le giron du taureau ailé ?

Finalement cinquième du championnat, derrière les sociétaires de Mercedes et Ferrari, Ricciardo a vu sa saison se terminer en eau de boudin et tire un bilan mitigé mais réaliste :  ” La fin d’année a été épouvantable. Lorsque vous terminez une saison de cette façon, avec quasiment aucun résultat probant, il y a une tendance à dire que l’exercice a été moyennement réussi. Mais je me suis repassé toutes les courses dans ma tête et il y eut des moments plutôt corrects et performants. J’ai gagné une épreuve (à Baku, ndlr), j’ai eu une série de trois et cinq podiums de rang, j’ai résisté à Lewis Hamilton pour la troisième place en Autriche… “

Et le souriant natif des Antipodes de poursuivre : ” Les abandons ont affecté aussi bien Max que moi, nous avons subi 13 abandons au total. C’est trop pour nous, par rapport à Mercedes et cinq pour Ferrari. Il y a eu trop d’inconstance pour parler de super ou de mauvaise saison. La fiabilité a manqué et parfois nous ne pouvions que nous creuser la tête sur ce qu’il se produisait. Par exemple à Mexico, j’étais le plus véloce vendredi et le lendemain j’accusais un retard d’une seconde sur le poleman (Vettel). Ça ne fait toujours pas sens cette histoire. »

Les années passent et il sera bientôt temps pour Ricciardo de prendre une décision quant à son avenir. Red Bull or not Red Bull ?

SUR LE MÊME SUJET :
Lewis Hamilton se voit en F1 pour trois saisons encore

” Il n’y a absolument aucun empressement, et les choses peuvent prendre tout le temps qu’il faut. Je ne me fixe aucune date butoir. C’est une décision importante pour moi, la plus importante de ma carrière jusqu’à présent je pense, donc si j’ai besoin de temps pour bien choisir, alors je le prendrais. Ça ne sera pas une distraction. “

ET c’est là que l’exemple de Lewis Hamilton semble le titiller :  ” J’ai 29 ans, 30 l’an prochain. Lorsque Lewis a changé d’équipe, il avait le même âge. Il se débrouillait très bien là où il était, mais sa carrière a pris un tout autre tournant depuis avec 3 titres. Beaucoup de choses sont à prendre en compte. “

Et de conclure que l’important reste le sportif avant le financier avec pour objectif les victoires et les titres. Et des portes devraient s’ouvrir dans les années à venir, que ce soit chez Ferrari ou Mercedes, tout sera une question de timing…

Pensez à nous suivre sur Facebook et à vous abonner à notre newsletter ! N'hésitez pas à commenter cet article et à créer le débat en cliquant ici.

Article précédentWerhlein va-t-il éclipser Kubica chez Williams?
Article suivantEssai : Hyundai Kona 1.0 T-GDi 120 Launch Edition

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz