Victorieuse en 2017, la Cadillac DPi-V.R #90 du Wayne Taylor Racing s'élancera de la pole au terme d'un séance qualificative animée. En GTLM, Corvette Racing entame parfaitement les choses sérieuses pour sa vingtième saison tandis que Ferrari emmène le peloton du GTD.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Rolex 24 H de Daytona -Qualifications

Rolex 24 H de Daytona -Essais libres 2

Rolex 24 H de Daytona – Essais libres 3

  • Prototype : Renger van der Zande roi du chrono

Presque sans surprise, c’est la Cadillac du Wayne Taylor Racing qui s’adjuge la pole en 1:36.083, pour seulement 7 millièmes d’avance sur l’Acura ARX-05 #7 de Castroneves. Belle entrée en matière pour la DPi couvée par Penske.

Fernando Alonso, treizième temps à 0,925 s est le dernier homme à concéder moins d’une seconde à la pole, démontrant que les débats seront serrés. Même si Cadillac et Oreca (don l’Acura basée sur la 07) verrouillent le Top 8, juste devant la Mazda #55.

  • GTLM : Corvette et Magnussen pour la vingtième

Pour lancer sa vingtième saison de présence en endurance GT, Corvette Racing a vu Jan Magnussen s’offrir une… vingtième pole, le Danois plaçant sa C7.R #3 au sommet de la hiérarchie GT en 1:42.779, soit 19 millièmes de mieux que la Ford #66 de Joey Hand tandis que Laurens Vanthoor complète le Top 3 en 1:42.927.

Ici aussi la concurrence est relevée avec sept des neuf GTLM regroupées en 8 dixièmes. Toutefois, les BMW M8 GTE sont revenues à distance plus raisonnable, la #25 pointant à 1,150 s devantla #24 qui concède 465 millièmes de plus.

  • GTD : Ferrari de corps et d’esprit

Pigiste dans un peloton GTD très bien fourni, Spirit of Race s’est emparée de la pole avec Daniel Serra qui place la 488 GT3 #51 au faîte de la catégorie en 1:46.049. Il devance une autre GT3 au cheval cabré, la #82 Risi Competizione, reléguée à 453 millièmes tout de même. Derrière le duo Ferrari, la concurrence ne se laisse pas décramponner puisqu’on retrouve une dizaine de protagonistes dans la même seconde que le deuxième temps.

PARTAGER