Si Ferrari, Mercedes et Red Bull étaient au dessus du lot ce weekend, Renault s'est clairement établi comme la quatrième force du plateau sur ce tracé pourtant exigeant en aéro et en moteur. En atteste la sixième place de Nico Hulkenberg et la neuvième de Carlos Sainz.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !
  • Hulkenberg chanceux, mais pas que

Certes, le résultat de l’Allemand est flatteur, après avoir bénéficié de l’intervention de la safety car et de l’accrochage entre Verstappen et Vettel qui lui a permis de passer devant son compatriote, mais force est de constater que sur le plan du rythme, le pilote du Losange est à sa place.

Neutralisation ou pas, Hulkenberg en est persuadé, la Renault était bien la meilleure des autres : « La safety car a joué en notre faveur un peu, mais même sans cela je suis persuadé que nous serions parvenus au même résultat aujourd’hui. »

Au coeur d’un sub-top très compétitif, la formation française a démontré toutes ses qualités et s’est érigée comme principale force face à Toro Rosso, Haas, McLaren et Force India. Si McLaren et Toro Rosso avaient pris le dessus sur Renault respectivement en Australie et à Bahreïn, cette fois les monoplaces jaune et noir ne s’en sont pas laissé compter.

Profitant de l’entrée en piste de la voiture de sécurité pour changer de gommes, à l’instar de Red Bull, Hulkenberg estime toutefois que ce ne fut pas le facteur déterminant de son excellent résultat final :  » Ce fut une course excitante. Les quelques dépassements durant le premier tour furent sympas. Tout le monde semblait être en délicatesse avec l’adhérence et glissait dans tous les sens, se poussant même sans le vouloir. Le gris était vraiment limité. »

Et le teuton de poursuivre : « Nous étions sur une stratégie à deux arrêts dès le départ donc nous devions faire durer les pneus tout en poussant fort et ça a fonctionné. »

SUSCEPTIBLE DE VOUS INTERESSER :
Red Bull et Ricciardo devant Mercedes et Ferrari

Il reconnaît cependant que sans l’incident entre Max Verstappen et Sebastian Vettel, jamais il n’aurait pu passer devant la Ferrari, encore désavantagée par ses gommes très usées. Il préfère cependant mettre l’accent sur la comparaison avec le reste du milieu de peloton : « Je pense que nous avons battu tout le monde dans le milieu de peloton avec un bon avantage. Le rythme était bon, mais nous avons cependant encore du pain sur la planche et nous avons besoin d’améliorer la voiture. Le package est bon, compétitif en milieu de grille c’est certain, mais nous sommes clairement un peu trop loin des Top teams. Cet écart est un peu trop important à mon goût et aux yeux de l’équipe, mais nous travaillons très dur pour le réduire. »

Et l’Allemand de préciser que la différence se fait sur des détails avec Haas, McLaren et parfois Toro Rosso, selon la forme du moment ou la chance mais que la Renault est clairement compétitive. Se basant sur la victoire d’une Red Bull, il ajoute que ce n’est pas tant le moteur que le châssis et l’aéro qui doivent être améliorés.

En conclusion, il place les monoplaces de Ricciardo et Verstappen en référence : « Red Bull est clairement l’une des meilleures voitures du plateau, surtout en conditions de course et nous avons beaucoup à faire pour les rattraper. Nous devons améliorer la voiture – l’aérodynamique, les suspensions et les aspects mécaniques – de manière importante car ce sont les domaines dans lesquels nous avons un grand retard. »

PARTAGER