Le verdict de la hiérarchie LMP1 est tombé, et c'est bien le clan japonais qui mène la danse. En LMP2, la surprise est signée Alpine devant les favoris de ces dernières années, alors qu'en GTE, pole logique de Ford en Pro et de Porsche en Am. Ces qualifications ont été marquées par une sortie impressionnante de Pietro Fittipaldi sur la BR1 #10 du DragonSpeed dans le Raidillon.

  • LMP1
© Audran Lernoux

Si Rebellion avait fait illusion en EL3, les TS050 ont démontré qu’elles étaient bien les plus fortes sur un tour lors de cette séance qualificative. Avec un chrono moyen d’1:54.583, la #7 de Conway, Kobayashi et Lopez devance de 4 dixièmes la voiture sœur. Derrière, les premières des autres sont une fois encore les Rebellion R13. Malheureusement pour l’équipe suisse, c’est à 2 secondes des LMP1 Hybrides, la #1 s’étant classée 5 dixièmes devant la #3.

La catégorie LMP1 a subi une petite hécatombe. L’absence en piste des deux Ginetta du CEFC TRSM Racing était attendue, mais pas l’abandon des deux autres BR1. La #17 du SMP Racing a été victime d’un problème mécanique et s’est immobilisée en piste, provoquant un premier drapeau rouge. Mais l’image forte restera l’accident impressionnant de Pietro Fittipaldi sur la #10 du DragonSpeed; après avoir vu flotter le train avant au sommet du Raidillon, le prototype du BR Engineering est allé percuter violemment le mur de pneus. La FIA nous rassure sur l’état de santé du pilote brésilien: conscient lors de son évacuation, le premier diagnostique évoque deux jambes cassées. Cet incident a provoqué un second drapeau rouge, une longue interruption étant nécessaire pour évacuer la carcasse de la BR1 et remettre en état le mur de pneus.

  • LMP2
© Audran Lernoux

Alors que la #31 du DragonSpeed avait dominé les 3 premières séances d’essais libres, c’est l’Alpine A470 #36 de Thiriet, Negrao et Lapierre qui a émergé lors de cette séance qualificative. Grâce au meilleur temps absolu de ce dernier, l’équipe française a réalisé un chrono moyen de 2:02.405. En seconde position, nous retrouvons la G-Drive Racing #26 à 24 millièmes de la tête. Suivent ensuite les deux voitures du Jackie Chan DC Racing, la #38 devant la #37, et la #31, seulement 5ème finalement.

Le Top 5 se tient en seulement une seconde.

  • GTE-Pro
© Audran Lernoux

Dominatrices lors des séances libres, les Ford GT n’ont pas failli, mais cela ne s’est pas joué à grand chose. En effet, les Porsche 911 RSR ont échoué de très peu à empêcher une première ligne 100% américaine.

La #67 de Priaulx, Tincknell et Kanaan réalise donc la pole position en 2:12.947, seulement 83 millièmes devant la #68. L’écart de cette dernière avec la Porsche de pointe est encore plus faible: la #91 n’est qu’à 4 millième de la seconde place, et est suivie par la #92.

A la peine depuis le début du week-end, BMW relève la tête puisque la #82 intègre le Top 5, à une bonne seconde de la tête. La nouvelle venue est suivie des deux Ferrari 488 GTE d’AF Corse, et de la première Aston Martin, celle de notre compatriote Maxime Martin. Celle-ci est cependant repoussée à plus de 2 secondes…

  • GTE-Am
© Audran Lernoux

La catégorie GTE-Am n’a pas réservé de surprise avec la première place attendue de la 911 RSR #77 de Ried, Andlauer et Campbell. Avec un temps de 2:16.357, la Porsche du Dempsey Proton devance la Vantage d’Aston Martin Racing de seulement 2 millièmes !

La 911 du Team Project 1, nouveau venu en FIA WEC, complète le podium devant la seconde Porsche du Dempsey-Proton.

6 heures de Spa – Qualifications