Première épreuve de la Super Saison et seule répétition en conditions réelles avant les 24 Heures du Mans, les 6 Heures de Spa auront également été marquées par quelques éléments en dehors de la piste.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Rebellion Racing pénalisé

Troisième à passer sous le drapeau à damier sur la piste, la Rebellion R13 #1 de Lotterer-Jani-Senna n’aura pas conservé longtemps son podium. Peu après son passage au contrôle technique, la LMP1 privée conçue par ORECA a écopé d’une pénalité qui la privait de son résultat pour non conformité du patin en bois de son fond plat, dont l’usure dépassait de 1,2 mm a limite autorisée. Demi-peine pour l’équipe suisse qui voyait son autre voiture se hisser du quatrième au troisième rang.

Si Rebellion Racing garde le droit de se faire appel de la décision des commissaires techniques, aucune nouvelle allant dans ce sens n’a encore filtré.

Amende gonflée pour Michelin.

Le manufacturier français n’ayant pas pu fournir les 720 pneus obligatoires à la FIA – une nouveauté du règlement de la super-saison – destinés à être redistribués durant la saison au hasard entre les différentes équipes, la marque de Clermont-Ferrand a écopé d’une amende de 250.000 €. Un quart de million d’euros dont devra s’acquitter Michelin en totalité si elle ne peut s’exécuter avant les 24 Heures du Mans. En attendant, un « acompte » de 50.000 € a d’ores et déjà été versé.

Dans le clan français, on reconnait n’avoir pas été en mesure de fabriquer suffisamment de gommes mais on compte y remédier endéans les délais.

Dragon Speed se pose des questions

Les choses sont claires pour Elton Julian, patron de l’équipe américaine : Dragon Speed ne fera son retour en LMP1 qu’une fois que les doutes seront levés sur les circonstances de l’accident qui a coûté une jambe gauche cassée et une cheville droite fracturée et que des solutions éprouvées et fiables auront été apportées.

Julian l’a déclaré à nos confrère de Sportscar365 : « C’est en latence jusqu’à nouvel ordre. Ils pourraient même me fourir une voiture 100 % neuve demain, je ne la mettrai pas sur la piste tant que je n’aurai pas eu de réponse. Le prochain à rouler avec la voiture ce sera moi. Je ne laisserai mes pilotes ne prendre le volant qu’une fois certain que tout danger est écarté. »

Rappelons que la BR1 est conçue et produite par Dallara pour le compte de BR Engineering. Un gage de sérieux de prime abord. En outre, deux des trois BR1 engagées ont vu leur weekend se terminer dans le mur de pneus, dans le Raidillon directement pour Dragon Speed avec les conséquences que l’on sait pour Pietro Fittipaldi et en course à la sortie du célèbre virage de l’Eau rouge pour SMP Racing, sans conséquences pour le pilote.