Clairement, les Williams FW41 sont à la peine en ce début de saison. En mal d'appuis, de gris mécanique et d'équilibre, les monoplaces de Stroll et Sirotkin n'ont guère voix au chapitre et le juge d paix de Barcelone n'a fait que confirmer ce bilan désastreux.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !
  • Pas d’équilibre et pas de plaisir

Dès les essais libres 1, il apparaissait que les Williams auront du mal à briller ce weekend, Sergei Sirotkin et Robert Kubica ayant toutes les peines du monde à signer un chrono convenable. Le Polonais allant même jusqu’à affirmer que la Williams FW41 n’était pas agréable à piloter.

Son de cloche similaire pour Lance Stroll« La voiture est assez lente. Je suis d’accord avec Robert. L’équilibre n’est clairement pas celui qu’on attend d’une voiture de course. »

Et le jeune Canadien d’enchaîner : « Nous sommes là où nous sommes. Nous devons comprendre ce qu’il faut faire sur la voiture pour qu’elle fonctionne mieux. Nous sommes en difficulté à peu près partout. Cel n’aide pas. »

De son côté, son équipier russe avait cédé sa place à Kubica en EL1. Il n’a donc eu que 90 minutes pour prendre la mesure de sa monture et n’en tire pas une satisfaction particulière : « La voiture est vraiment délicate à piloter. mentalement, ça vous oblige à vous concentrer sur le moindre petit détail. Elle requiert énormément d’énergie juste pour la piloter. »

Mais le Russe ne le cache pas, Williams s’attendait à un weekend difficile après avoir déjà été dans le dur lors des essais hivernaux sur ce tracé et sachant que la plupart des évolutions seront apportées durant la semaine prochaine au cours des journées d’essais officiels, donc après le Grand Prix.

Et l’ampleur du travail à abattre n’est pas bénigne : « Si je connaissais un point particulier sur lequel travailler pour améliorer la voiture, ce serait simple. Mais le problème est global. Si on e concentre sur le chrono, c’est plus particulièrement le secteur 3 qui nous pose problème. Ce qui s’explique par le fait que c’est le secteur qui comporte le plus de virages. Et nous y arrivons avec les pneus arrière déjà morts alors qui’l reste la plus grande partie des virages à négocier. »

On ne s’étonnera dès lors pas que Williams soit, avec Sauber, la seule équipe à n’avoir pas encore pu participer à la Q3 depuis le début de la saison. Et ce n’est manifestement pas près de changer…