S'abonner
Après trois éditions épiques, les 24 Heures du Mans 2018 marqueront leur histoire par... la victoire de Toyota, enfin, et de Fernando Alonso, déjà, sans surprise. Lauriers mérités également pour G-Drive Racing en LMP2 tandis que Porsche ceint deux couronnes en autant de catégories LMGTE.

  • LMP1 : Fernando Alonso vainqueur avec Toyota

Les paris sont ouverts, qui de Toyota ou Fernando Alonso aura droit au plus de gros titres dans les médias pour un succès annoncé et jamais contesté. En effet, régulière, favorisée… par le sort, la TS050 #8 offre leurs premiers lauriers au Mans à Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Fernando Alonso, quand la #7 soeur aura dû composer avec un peu moins de réussite stratégique et deux pénalités dans la dernière heure.

Bien plus reluisantes sont les troisième et quatrième places de Rebellion Racing dont les très jeunes R13 auront su vaincre l’adversité des 24 Heures du Mans pour se placer en référence des équipes privées. Un « succès » mérité quoique facilité par l’accident de leur principal adversaire, la BR1 #17 SMP Racing, dans la nuit.

  • LMP2 : G-Drive Racing emmène un triomphe Oreca

En l’emportant devant une Alpine A470 (copie renommée de l’Oreca 07), G-Drive Racing confirme la mainmise de la création des hommes de Hugues de Chaunac sur le LMP2 nouvelle génération, la #26 l’emportant sans coup férir devant l’Alpine #36 qui échoue à deux tours des vainqueurs de la catégorie et au sixième rang absolu. Le podium est complété par la 07 #39 du Graff Racing, qui aura connu une petite chaleur dans la dernière heure avec une crevaison mais aura su conserver sa place sur la plus petite marche du podium.

Jolie ligne à ajouter sur le CV du TDS Racing chargé de l’exploitation de la LMP2 grise et orange et du trio Jean-Eric Vergne,Roman Rusinov et Andrea Pizzitola.

© G-Drive Racing
  • LMGTE-Pro : Porsche fête ses 70 ans avec un doublé

Quoi de mieux pour un anniversaire qu’une victoire aux 24 Heures du Mans ? Un doublé pardi ! Et quel doublé puisque ce sont les deux 911 RSR au look « historique » qui s’imposent face à une concurrence pourtant compétitive au vu des meilleurs tours en course respectifs. Après Dries Vanthoor vainqueur en 2017 en LMGTE-Am, Laurens Vanthoor ajoute un nouveau monument de l’endurance – après les 24 Heures de Spa et du Nurburgring – à son palmarès avec les 24 Heures du Mans dans la catégorie des « big boys », le LMGTE-Pro.

Un succès partagé avec Kevin Estre et Michael Christensen au volant de la #92 Pink Pig, la #91 « Rothmans » de Richard Lietz, Fred Makowiecki et Gianmaria Bruni montant sur la deuxième marche du podium tandis que le dernier strapontin revient à la Ford Gt #68 « américaine » de Dirk Müller, Joey Hand et Sébastien Bourdais.

© FIA WEC
  • LMGTE-Am : Patrick Dempsey heureux

C’est un « Boss » heureux et ému qui a vu la victoire de catégorie de la Porsche #77 de « son » Dempsey Proton Racing au terme d’une course exemplaire du trio Matt Campbell, Christian Ried et Julien Andlauer. Alors qu’on s’attendait à une razzia des 911 RSR, ce sont deux Ferrari 488 GTE qui complètent le podium avec la #54 Spirit of Race de Castellacci-Fisichella-Flohr et la #85 Keating Motorsports de Bleekemolen, Keating et Stolz.

© FIA WEC