Entre la canicule, le trafic et la préparation de la course elle-même, ces essais libres ne revêtaient guère d'importance face au chrono. Une réalité qui s'est ressentie en bord de piste et qui s'est confirmée sur la feuille des temps.

Au final, c’est une Audi R8 LMS, la #29 Montaplast by Land Motorsport qui signait le premier temps de référence en 2:20.865. Un chrono honorable mais pas transcendant. Logique quand on sait que la plupart des concurrents n’ont pas chaussé de gommes neuves et que la priorité restait d’accumuler les données en vue de relais en pneus usés avec beaucoup de carburant par se fortes chaleurs, la température de l’air dépassant clairement les 30 degrés.

24 H de Spa – Essais libres

Derrière la GT3 aux quatre anneaux, le Top 5 prenait une connotation résolument teutonne avec la Mercedes #84 Mercedes-AMG Team Mann Filter (HTP), la BMW #34 du Walkenhorst Motorsport, l’Audi #25 Saintéloc Racing et une autre AMG GT3, la #4 du Mercedes-AMG Team Black Falcon.

Suivaient la Lamborghini #28 Daiko Lazarus Racing, la Bentley #8 Bentley Team M-Sport et les deux Aston Martin #62 et #76 de R-Motorsport qui encadraient la Ferrari #53 AF Corse. Seize GT3 se tenaient en une seconde y compris la McLaren #58 Garage 59 et la Porsche #117 du KÜS Team 75 Bernhard.

Notons que la Mercedes #35 SMP Racing, couvée par AKKA-ASP, a signé le trente-deuxième temps et couvert 18 tours. Plus de peur que de mal donc après l’incendie survenu à la Parade et probablement dû à un problème avec la batterie.

En Pro-Am Cup, le meilleur chrono échoit à la Ferrari #53, neuvième temps absolu tandis que la Lambroghini #28, sixième au général, mène la Silver Cup. Du côté de la Am Cup, c’est la Mercedes-AMG GT3 #89 d’AKKA-ASP qui s’illustre en 2:22.731 au trente-quatrième rang. Enfin, le Groupe National a vu la Lamborghini du GDL Racing prendre le dessus sur la Porsche Speedlover.