Victorieux à Silverstone et passés pas loin d'un podium au Paul Ricard, Nicki Thiim et Matthieu Vaxivière arrivent dans les Ardennes avec des ambitions affichées, assumées et légitimes.

Quelles seront vos ambitions pour cette course ?
Nicki Thiim > Clairement, nous arrivons ici avec une ambition claire, jouer devant. L’équipe est professionnelle, efficace, la voiture est bonne et présente très bien et nous avons un équipage au top. Bien entendu, c’est la piste qui rendra son verdict, mais nous sommes là pour nous battre devant et nous ferons tout pour y arriver.

Matthieu Vaxivière > Déjà, je suis ravi d’être ici à Spa. C’est la première fois que la marque vient avec deux équipages en Pro Cup. La voiture est top, l’équipe est top et les pilotes aussi donc, forcément on a envie de bien faire. Je pense que le sourire en dit long sur le sentiment qui nous habite.

Vous êtes bien classés au championnat, quelle sera l’approche ? Les 24 Heures d’abord ou le championnat ?
N. T. > Personnellement, gagner le championnat est évidemment un objectif et je suis certain que l’équipe mettra une bonne stratégie dans cette optique. Les débats risquent d’être très animés en début de course, surtout pendant les six premières heures, donc il faudra rester à l’écart des problèmes et essayer d’être au bon endroit au bon moment lorsque les points seront distribués. Mais Spa reste une grande course et la gagner est également un bel objectif.

M. V. > Si on fait le bilan, nous sommes quatrièmes au championnat, nous avons gagné à Silverstone et nous étions compétitifs dès le début de saison, donc on en veut toujours plus.

© R-Motorsports

Le Test Day ne s’est pas passé comme espéré avec le crash de la voiture, arrivez-vous aussi bien préparé que vous l’auriez espéré ?
N. T. > Clairement, le Test Day ne s’est pas déroulé comme il aurait dû. Mais au final, en tant qu’équipe, nous avons tout de même appris beaucoup. C’est la première année qu’Aston Martin aborde cette course avec autant de professionnalisme et je reste confiant sur la capacité de l’équipe à bien faire le boulot et à nous mettre dans de bonnes conditions.

M.V. > Bon c’est certain qu’avec le crash et seulement sept tours couverts, en tant que « voiture » nous n’avons pas appris grand chose. Mais de manière générale, la clé restera la dégradation des pneus. Il est évident qu’avec une voiture qui accuse 8 ans de « retard » dans sa conception par rapport à certains, on ne part pas avec un avantage, mais la BoP est là pour ça. Personne n’a encore roulé avec une telle chaleur et les pistes précédentes en championnat n’étaient pas exigeantes sur le plan de la dégradation donc on part un peu dans l’inconnu. J’espère qu’on ne passera pas trop de trains de pneus en essais libres pour mieux cerner cet aspect qui sera primordial pour un bon résultat.

On peut s’appuyer sur une bonne équipe, certes méconnue mais qui peut s’appuyer sur l’expérience de Jota et Arden. Tout est bien organisé, professionnel et efficace.

Et le Français d’ajouter : Franchement, si il y a encore beaucoup plus de monde au Mans pour la parade, on retrouve une ambiance bien plus conviviale, à taille humaine, ici à Spa, qui est une plus petite ville aussi. le succès populaire est au rendez-vous et c’est vraiment agréable d’y participer. Sur le plan de l’organisation, tout était déjà d’un très bon niveau en 2012 lors de ma première participation, c’est encore mieux aujourd’hui. Nous sommes choyés, écoutés, tout est carré et efficace, franchement c’est top. Les championnats Blancpain-SRO cartonnent et ce n’est clairement pas dû au hasard. Sur le plan sportif, en termes de compétitivité, avec plus de 60 GT3 au départ et quasi la moitié en Pro Cup, on est clairement à niveau plus élevé qu’au Mans. En tant qu epilote, participer et pouvoir jouer devant, c’est un sentiment génial.