Lancée en 2014, la BMW Série 2 Active Tourer a eu droit à son premier facelift, qui lui permet de se remettre au goût du jour d’un point de vue technologique. Elle en profite pour monter sensiblement en qualité de finition, toujours dans le but de séduire de nouveaux clients.

Largement décriée par les fans du constructeur bavarois, la BMW Série 2 Active Tourer a su rapidement séduire une nouvelle clientèle pour la marque, à tel point qu’elle est désormais le modèle qui attire le plus de nouveaux clients. Si le segment des SUV englobe toujours une grosse partie des ventes, avec les X1 et X2, les Série 2 Active et Grand Tourer se sont tout de même écoulées à près de 400.000 exemplaires depuis 2014… juste pour l’Europe.

Pour sa première mise à jour, le constructeur à l’hélice se contente d’une légère refonte des boucliers, d’une calandre élargie, ainsi que de quelques modifications apportées à son bord. Bref, seul un oeil averti sera capable de la différencier. Au final, la plus grosse amélioration concerne la transmission, qui passe de six à sept rapports pour la boîte automatique à double embrayage. Une boîte automatique à huit vitesses reste toutefois disponible sur les versions haut de gamme.

Disponible en cinq niveaux de finition, allant de Première à M Sport, en passant par Lounge, Sport et Luxury, la Série 2 Active Tourer ne manque pas de choix. La version d’entrée de gamme, proposée à partir de 27.550€, est équipée, de série, de jantes 16 pouces, d’un volant multifonction, de feux de jour LED, de l’allumage automatique des feux, du démarrage sans clé, du système multimédia 6,5 pouces ainsi que des services connectés.

A son bord, les changements sont également difficiles à remarquer. Quoiqu’il en soit, la Série 2 Active Tourer répond parfaitement à son rôle de familiale, avec une habitabilité dans les normes du segment. A l’avant, le conducteur et son passager profitent de sièges offrant un excellent maintien et une foule de possibilités de réglages, ainsi que de nombreux espaces de rangement, situés dans les portières et sous l’accoudoir central. Le système multimédia, désormais tactile, peut toujours être piloté par la traditionnelle molette, disposée aux côtés du levier de vitesses. Sur notre modèle d’essai, la capacité du coffre peut varier entre 460 et 1510 litres, en rabattant les sièges. A l’arrière, un passager du mètre quatre vingt disposera généralement de suffisamment de place au niveau des genoux.

Animée ici par le dernier trois cylindres 1,5l turbocompressé du constructeur, développant 140 chevaux et étant couplé à l’excellente boîte automatique à double embrayage à sept rapports, la “2” se montre plutôt dynamique. Si le X2 (lire notre essai ici) nous avait laissé sur notre faim avec ce même bloc, en raison d’un poids plus conséquent, il fonctionne à merveille sur le monospace. La boîte ne procure aucun à-coups et est généralement bien calibrée sur le style de conduite adopté. Côté consommation, notre essai d’une semaine se soldera sur une moyenne de 7,4l / 100km.

Pour les gros rouleurs, BMW propose toujours des motorisations diesel allant de 116 à 190 chevaux. Il ne sera cependant possible d’opter pour une boîte mécanique que sur les 216d et 218d.

Avantageuse d’un point de vue fiscal, la 225xe iPerformance est toujours présente au catalogue. Elle profite d’une puissance cumulée de 224 chevaux et d’une autonomie électrique de 41 kilomètres.

Proposée dans sa finition Sport, notre modèle d’essai se distingue par des pare-chocs plus agressifs et par la présence, en option, d’un volant issu du pack M. Si cette finition n’a que peu, voire pas d’incidence sur le comportement de la voiture, cette Série 2 impressionne par ses capacités en conduite soutenue.

Si nous sommes toutefois loin d’une Série 3 Touring en terme de plaisir de conduite, la Série 2 Active Tourer encaisse très bien les forts appuis et ne tangue que légèrement dans les courbes. Avec un moteur à la sonorité plutôt sympathique (trois cylindres), toutes proportions gardées, nous sommes bel et bien à bord d’un des modèles le plus dynamique de son segment.

Comme indiqué en début d’essai, l’offre débute à partir de 27.550€ pour une 216i. En optant pour la motorisation 218i couplée à une boîte automatique à sept rapports, pour le pack sport, le business pack plus, la suspension adaptative et quelques options de confort, nous arrivons à la note de 43.025 €, pour un modèle similaire à celui que nous vous présentons aujourd’hui.

Malgré son prix relativement élevé, la Série 2 Active Tourer n’a quasiment aucune concurrence, nonobstant la Mercedes Classe B, qui commence à se faire vieille.

Et si…

Ce nouveau modèle a pu faire grincer des dents à son lancement, il faut reconnaître que la copie rendue par BMW est presque irréprochable, sans tenir compte d’un prix toujours trop élevé, mais bien typique des constructeurs premium.

N’oubliez pas de découvrir notre toute nouvelle boutique en ligne, entièrement dédiée aux produits d’entretien pour voitures !