Entre le X1 et le X3, il y avait un trou. C’est donc tout naturellement que BMW a décidé de le combler en lançant un nouveau SUV compact, qui a pour vocation de toucher un public plus jeune. S’affichant sous un look plus sportif et “fun” que son petit frère, il devrait rapidement trouver rapidement sa place au sein de la gamme.

Lors de sa présentation, on peut dire que ce X2 a complètement bouleversé les codes. D’habitude très conservateur en terme de design, à l’instar des autres constructeurs allemands en règle générale, les designers de BMW se sont lâchés en nous proposant un SUV Compact sortant du fil conducteur que l’on retrouve sur tous les autres modèles de la marque à l’hélice.

S’il emprunte la même plateforme que celle du X1, il lui apporte une belle touche de dynamisme, avec un arrière complètement repensé et une face avant très agressive. Pour les amateurs de l’histoire de la marque, nous remarquons également la présence du logo de la marque sur les montants arrière, qui n’est pas sans rappeler la mythique 3.0 CSL, ou encore la 2000 CS.

Proposé dans sa version la plus “standard”, notre X2 de la semaine se présente sur des jantes 17 pouces, entourées par des bardages en plastique faisant office de protections. Malgré un look nettement plus sportif que celui du X1, à configuration égale, BMW propose ses habituels Pack M Sport et M Sport X, qui auront pour vocation d’affirmer son caractère sportif. Facturés chacun 6.510 € en Belgique, ils apportent de nouveaux boucliers, des bas de caisse plus élégants et une sélection de jantes spécifiques. A son bord, ils intègrent des sièges au meilleur maintien, ainsi qu’un volant au gainage plus fin et de meilleure qualité.

En revenant à notre modèle d’essai, qui embarque une configuration raisonnable, la qualité de finition n’est pas en reste.Les plastiques moussés et les cuirs utilisés sont d’excellente facture. Les sièges, recouverts de tissu, offrent, comme d’habitude chez BMW, un très bon maintien et une foule de réglages. Toutefois, si le constructeur a pris de gros risques sur le design extérieur, à bord, les propriétaires du X1 ne seront absolument pas dépaysés. Néanmoins, afin de coller avec le côté fun du X2, BMW propose quelques options de personnalisation, tels que les surpiqûres jaunes pour les sièges et les tapis de sol.

A l’arrière, deux passagers du mètre quatre vingt ne trouveront aucun mal à voyager plusieurs heures. L’espace au niveau des genoux est correct et, malgré la forme coupée du SUV, la garde au toit y est suffisante. Le coffre permet de stocker l’équivalent de 470 litres, de quoi répondre à un usage quotidien. Il reste bien entendu possible de rabattre les sièges afin de gagner de l’espace. Sur les quelques options présentes sur notre modèle d’essai, nous retrouvons l’ouverture électrique du coffre, facturée… 600 euros. Un peu dommage, surtout quand on sait que cette option est un standard sur une Série 3 Touring, pourtant peu éloignée au niveau des tarifs.

Justement, tant que nous parlons du tarif… Là où le X1 débute à partir de 31.200 € pour la version 18i en boîte mécanique, le X2 équivalent, qui n’est nul autre que notre modèle d’essai, est proposé à partir de 32.100 €. En optant pour quelques options, telles que la caméra de recul, le système de navigation, les services connectés ou encore le fameux coffre à ouverture électrique, notre X2 atteint un prix catalogue de 36.450 €. En se montrant plus gourmand sur les options, et en optant par un exemple pour un pack M Sport, le pack business Plus et quelques autres accessoires, son prix n’aura aucun mal à franchir les 46.000 €, toujours pour la version 18i.

Légèrement plus bas que son petit frère, il bénéficie d’un comportement plus incisif et sportif. Malgré l’absence du Pack M, le petit SUV se débrouille sur les petites routes et vire presque à plat. L’amortissement, rigide, s’avère toutefois confortable.

Sous son capot, nous retrouvons le dernier bloc trois cylindres 1,5 de BMW, développant 140 chevaux et pouvant être couplé à une boîte mécanique ou à l’excellente ZF8. Malgré un fameux manque de couple à bas régime, le moteur assure son rôle et ne se montre pas sous estimé. Toutefois, malgré les temps qui courent, l’achat d’une version 16d, ou mieux, 18d, pourrait se montrer plus judicieuse en terme d’agrément de conduite. A la fin de notre essai, majoritairement composé d’autoroute, l’ordinateur de bord affichait une consommation moyenne de 6,1l / 100 kilomètres. Sur de plus petites routes ou dans la circulation, cette consommation grimpera en moyenne de 1,5l.

Et si…

le X1 manquait selon vous d’un petit côté fun et sportif, ce X2 devrait vous ravir. Malgré une liste d’options réduite sur notre modèle d’essai, il reste toutefois fonctionnel et relativement accessible.