Au sein du segment très compétitif des compactes, la Mazda 3 n’est pas le modèle le plus connu mais constitue une proposition très intéressante avec bien plus de qualités que de défauts.

Il semblerait que vous utilisez un bloqueur de publicités.
Aidez-nous à faire évoluer le site en le désactivant. Merci pour votre aide !

Récemment restylée, la Mazda 3 évolue dans le détail avec d’infimes retouches au niveau de la calandre, des feux ou des boucliers pour l’extérieur tandis que l’habitacle gagne des matériaux de meilleure facture. Le style extérieur de la Mazda fait mouche en lui octroyant une vraie personnalité, à la fois sportive, empreinte d’une certaine sensualité et réellement singulière. Des lignes très bien mises en valeur par la couleur Soul Red (650€) aux reflets qui évoluent en fonction de la lumière.

Mais la compacte japonaise n’a pas qu’un joli minois, son châssis également vaut le détour. Rigoureuse et agile, la 3 profite d’une suspension qui fait la part belle au confort – favorisé par les roues de 16’’ chaussées en 205-60 R16 – sans pour autant oublier d’être agile et précise, même chaussée de pneus hiver. Seule la prise de roulis un peu trop marquée à notre gout rappelle qu’on n’est pas au volant d’une sportive.

© Nathan Paternotte

Nous avons pris du plaisir à la mener sur les routes sinueuses de nos belles Ardennes. Efficace, la 3 profite de l’élasticité du 1.5l Skyactiv-D combinée à une boite 6 bien étagée dont la commande gagnerait à être un peu plus ferme, le levier semblant parfois un peu « léger ». Vigoureux – 270Nm disponibles de 1600 à 2500 tr/min – le petit diesel nippon s’exploite sur le couple mais ne rechigne pas pour autant à monter dans les tours. Toutefois, il manque un peu de discrétion, même à régime stabilisé. Côté performances, la Mazda en offre bien assez pour évoluer dans le trafic, quelles que soient les conditions de roulage, même avec quatre adultes à bord. Jamais nous n’avons eu le sentiment de manquer de ressources et c’est bien là l’essentiel au quotidien. En outre, ce bel allant se double d’une certaine frugalité, notre consommation moyenne sur la durée totale de l’essai – plus de 1200 km – s’établissant à 5,2l/100km. Un appétit plus que raisonnable. En conduite économique, passer sous la barre des 5 litres est donc envisageable.

Avec 4,475m de long, la Mazda est l’une des plus grande de sa catégorie. Mais elle l’est également à l’intérieur en offrant une belle habitabilité permettant d’accueillir 4 adultes – la place centrale arrière restant un peu étroite – de 1,80m sans soucis. Ce bel espace ne se paie pas une fois le hayon ouvert puisque le coffre propose une capacité de 364l qui suffira largement dans la plupart des cas.

© Nathan Paternotte

Sombre, l’ambiance intérieure fait la part belle au noir et aux lignes nettes et simples. Si l’ergonomie générale ne souffre pas la critique, le système multimédia et les commandes au volant gagneraient à davantage de lisibilité, certains réglages manquant d’intuitivité. Pour autant, on prend rapidement la mesure des différentes fonctionnalités. La présentation fait désormais appel à des plastiques de meilleure facture, même si certaines parties mériteraient des matériaux plus valorisants. L’impression générale reste très positive et augure d’une bonne longévité.

Bien dessinés, les sièges sont confortables et trouver une bonne position de conduite ne posera aucun problème dans la majorité des cas grâce à une bonne amplitude des réglages. Nous aurions cependant aimé pouvoir régler l’assise un peu plus bas malgré tout.

© Nathan Paternotte

En bonne japonaise, notre Mazda en finition Pulse Edition propose un équipement de série complet : airco bi-zone, régulateur de vitesse, connectivité à la page avec Bluetooth, USB, etc., sièges avant et volant chauffants, phares LED, assistance au freinage en milieu urbain, surveillance des angles morts… Rien ne manque à l’appel, le tout pour un prix de base de 25.140€. Au vu des rares options disponibles, la note ne s’alourdira pas énormément si vous cherchez à personnaliser davantage votre exemplaire : caméra de recul, intérieur cuir, jantes de plus grand diamètre, le choix n’est pas pléthorique.

Au terme de cet essai, nous retiendrons que cette Mazda 3 est une véritable alternative aux habituelles stars de la catégorie. Confortable, efficace, habitable et proposant des performances de bon aloi sans les faire payer à la pompe, la japonaise fait honneur à son style qui sort du lot et qui offre un vrai plaisir de conduite. Elle ne pêche finalement que par une insonorisation qui aurait mérité quelques kilos d’isolation supplémentaires et une finition intérieure sérieuse mais pas encore totalement au niveau des références.