Le premier événement relevait de l'impossibilité pour Max Verstappen de signer un chrono, le condamnant à la dernière position. Mais Red Bull pouvait se consoler et mieux que ça même avec un Daniel Ricciardo étincelant qui s'offrait une pole autoritaire.

  • Q1 : Verstappen partira dernier.

Forcément, handicapé par son crash en EL3, Verstappen ne pouvait qu’espérer que ses mécanos parviendraient à terminer les réparations sur sa RB14 avant le terme de la Q1.

De son côté, Ricciardo assurait le coup dans une session forcément très marquée par le trafic. La tension était palpable avec la difficulté à trouver un tour relativement clair pour pouvoir intégrer le Top 15 synonyme de Q2. Raïkkönen était gêné par Bottas et l’incident était placé sous investigation, mais restait sans suite.

Bien en jambes, les deux McLaren se hissaient dans le Top 10, tandis que les Sauber de Leclerc, Ericsson ainsi que la Williams de Stroll, gêné par un soucis de protection de la tête et Magnussen avec sa Haas ne passaient pas le premier cap des qualifications, jusqu’à un coup d’éclat de Leclerc qui éliminait de facto Hartley et sa Toro Rosso.

Vandoorne signait même le cinquième temps de cette séance inaugurale, prouvant qu’il se sentait en confiance entre les rails monégasques.

  • Q2 : Ricciardo impérial, Force India se réveille

Toujours aussi intense, mais éminemment stratégique, la Q2 devait révéler les choix stratégique de certains selon qu’ils se qualifieraient pour la Q3 en Hyper tendres ou Ultra tendres. Sur un tracé de pilotes plus que de machines, Sirotkin démontrait qu’il méritait s place en F1 avec un très bon comportement depuis le début du weekend.

Ricciardo signait un nouveau record de la piste en 1:11.353, devant les Ferrari, elles aussi en 1:11 tandis que les Mercedes étaient davantage en retrait en début de séance, Hamilton onzième et Bottas quatorzième, les deux hommes ayant tourné en Ultra tendres au lieu des Hyper tendres pour les autres protagonistes. Pari risqué et manqué pour Mercedes qui devaient repartir dans la foulée en Hyper tendres en espérant ne pas être coupés dans leur effort par un drapeau jaune ou un autre incident. Encourageant, les deux McLaren étaient alors cinq et six pour Alonso et Vandoorne.

Les deux Flèches d’argent ne manquaient pas leur coup et réintégraient le Top 5 derrière les Ferrari de Raïkkönen et Vettel et un Ricciardo impérial qui améliorait encore. Las, Vandoorne devait se contenter de la douzième place, 171 millièmes plus lent que son équipier, se consolant sur la liberté de choisir ses gommes au départ.

  • Q3 : Daniel Ricciardo intouchable

La bataille pour la pole, primordiale plus qu’ailleurs sur ce tracé urbain étroit, opposait Ricciardo aux pilotes Ferrari et à Hamilton, Bottas semblant moins à l’aise.

Si Bottas et Hamilton étaient les premiers à frapper, Ricciardo atomisait la concurrence en 1:10.810. Hamilton, Vettel, Raïkkönen et Bottas complétaient le Top 5, les trois premiers cités se tenant en 5 millièmes mais à plus de 4 dixièmes de la pole provisoire. Sainz et Alonso précédaient les Force India de Perez et Ocon et la Toro Rosso de Gasly.

Vettel, dans un dernier rush, parvenait à se hisser en première ligne, devant Hailton et Raïkkönen.